ClassiqueInfo.com




Violons de la Paix : Le Quatuor Prazak

mercredi 19 mai 2010 par Richard Letawe
JPEG - 28 ko
Quatuor Prazak
© Guy Vivien

Les concerts du festival Les Violons de la Paix auxquels nous avons assistés ont été dans l’ensemble bien suivis, avec même quelques affluences fort impressionnantes, comme pour les concerts de Nemanja Radulovic ou d’Amandine Beyer. D’autres ont curieusement été un peu boudés, malgré leur affiche très attrayante, comme ce concert du Quatuor Prazak, qui se déroule dans un parterre maigrelet. Il est vrai que nous étions le dimanche matin, lendemain d’un samedi qui avait déjà été très chargé…

Alors qu’ils ont longtemps représenté le nec plus ultra du quatuor européen, les Prazak ont connu les mois derniers quelques moments difficiles, que ClassiqueInfo a évoqués dans différents articles. Ce matin, ils sont cependant en pleine forme, et font preuve d’une maîtrise technique digne de leurs meilleurs jours, en particulier de la part du primarius Vaclav Remes dont l’autorité et l’assurance sont irréprochables.

Pourtant, la première œuvre du programme, le Quatuor KV421 de Mozart n’est pas exécutée d’une façon très convaincante : bourrue, agressive et hachée, la lecture des Prazak manque de continuité et de lyrisme, force le trait et confine le discours mozartien dans une névrose sans espoir. C’est particulièrement frappant dans le premier mouvement, cassant et décousu, et dans le menuet, d’une rudesse caricaturale. Les deux autres mouvements sont mieux venus : malgré sa froideur, l’andante est pris à un tempo idéal, et bénéficie d’un dialogue à l’équilibre idéal entre les instrumentistes, alors que le finale, tragique et rugueux, presque haletant, est d’une intensité prenante.

Les réserves que nous inspire ce quatuor de Mozart résolument romantique s’effacent totalement dans la deuxième partie du programme, où les Prazak s’attaquent au Quatuor n°2 de Janacek. Bien sûr, ils jouent ici leur musique nationale, et leur Janacek a une saveur bohémienne et une évidence stylistique incontestables et réjouissantes, ce qui est déjà beaucoup. Cependant, ils ajoutent à cet idiomatisme une hauteur de vue et une radicalité qui leur sont éminemment personnelles. Leur sens de la rupture couplé à l’élan qu’ils donnent aux moindres de leurs phrasés, leur détermination à exposer chaque nuance de la partition, à exprimer tout son potentiel expressif, sans jamais céder à la routine ou à la facilité sont la marque des grands interprètes, alors qu’ils ont pourtant du jouer ces « Lettres intimes » des dizaines de fois au cours de leur prodigieuse carrière. Autre cheval de bataille, le Quatuor « américain » de Dvorak est lui aussi abordé avec une fraîcheur de ton, une chaleur, un lyrisme et un enthousiasme qui ne se démentent pas tout au long d’une exécution lancée dans la joie par l’alto un peu rustique mais terriblement attachant de Josef Kluson.

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez lâ€â„¢insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse quâ€â„¢un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de lâ€â„¢auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, nâ€â„¢hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Boulogne-sur-Mer
- Théâtre Monsigny
- 18 avril 2010
- Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791), Quatuor en ré mineur KV421
- Leos Janacek (1854-1928), Quatuor n°2 « Lettres intimes »
- Antonin Dvorak (1841-1904), Quatuor n°12 en Fa majeur Op.96 « Américain »
- Quatuor Prazak : Vaclav Remes, Vlastimil Holek, violon ; Josef Kluson, alto ; Michal Kanka, violoncelle






Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 831322

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Musique de chambre   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License