ClassiqueInfo.com




Une renaissance radieuse de la Messe en ré de Jean Gilles

mardi 22 mai 2012 par Jean-Charles Jobart
JPEG - 40 ko
© Jean-Jacques Ader

Poursuivant un remarquable travail de restitution de l’œuvre de Jean Gilles, Jean-Marc Andrieu, à la tête des Passions, orchestre baroque de Montauban, a fait résonner la cathédrale Saint Etienne de Toulouse d’une Messe en ré encore inédite. L’intérêt pour Jean Gilles n’est pas pur chauvinisme : certes, celui-ci fut maître de musique de la cathédrale de Saint Etienne à Toulouse de 1697 à sa mort en 1705, mais son œuvre renommée en son temps dans toute la France recèle des trésors et est aujourd’hui encore méconnue, à de rares exceptions.

On attendait d’une messe en ré, selon la conception des tempéraments de Marc-Antoine Charpentier, une musique joyeuse et vive. On ne fut pas déçu : rien de lourd ou de tragique dans cette messe où tout n’est que lumière, vitalité et sérénité. On y est frappé par l’importance donnée aux pages orchestrales - par exemple avant le Kyrie, le Qui tollis du Gloria, le Credo, le Sanctus ou l’Agnus Dei -, par la diversité des dispositifs vocaux et la simplicité sincère des lignes mélodiques.

Le Kyrie n’a rien d’inquiet mais se montre au contraire empreint d’espérance, confiant dans la miséricorde divine. Après un brève prélude orchestrale, la déclamation de la soprano Anne Magouët, pleine de ferveur, laisse résonner une voix ronde, au timbre chaud, aux lignes souples et calmes. Entrent alors successivement les haute-contres, les tailles, les dessus et les basses du chœur de chambre Les Eléments. Dans toutes ses parties, ce dernier se sera illustré par la beauté des voix et l’homogénéité de l’ensemble, la vigueur de l’interprétation, la netteté des phrasés et des nuances. Les Eléments confirment ici, mais cela n’était guère nécessaire, l’excellence de leur musicalité.

JPEG - 74.1 ko
© Jean-Jacques Ader

Les deux basses Cyrille Gautreau et Christophe Sam n’ont ainsi rien à envier à Alain Buet. Leur trio de basses pour le Chiste elei son fut d’une grande beauté. Cette formation est visiblement affectionnée par le compositeur qui la réemploie pour le Laudamus Te dans un style toutefois bien plus dansant.

Le Gloria commence par un Et in terra pax d’une grande beauté, où le haute-contre Vincent Lièvre-Picard prouve la profondeur de ses graves sans jamais détimbrer. On ne peut que louer ce chanteur pour la beauté de son timbre clair et pourtant charnu, la souplesse et l’élégance de ses phrasés, la musicalité de ses nuances et ornementations. Son solo de l’Agnus Dei, léger et serein, tandis que le chœur répond par des miserere tendres et chauds, sera l’un des moments de grâce du concert. Le Gratias débute avec une magnifique entrée des haute-contres. Ce pupitre du chœur aura pendant tout le concert été remarquable de couleur et de clarté. Le Qui tollis est un air de taille. Jean-François Novelli y enchaîne avec dextérité les ornementations mais le phrasé est trop nerveux, la ligne trop heurtée.

Le début de Credo offrira un solo de taille bien mieux phrasé, qui s’amplifie par un duo avec la dessus Anne Magouët. Le chœur brille à nouveau dans la fugue figurative du Et omnia facta sunt avant un admirable passage lent et mystique sur le Et incarnatus est. Le Crucifixus, comme l’ensemble de la messe, est exempt de tout dolorisme dans son trio pour haute-contre, taille et basse.

Après un duo pour haute-contre et taille, le Sanctus permet à nouveau au chœur de s’illustrer dans le pleni sunt coeli avant de conclure par un Osanna mêlant un trio de deux dessus et haute-contre et l’ensemble du chœur. Le Benedictus offre l’occasion à Alain Buet de montrer la profondeur de sa voix de basse, la richesse de son timbre et l’expressivité de son chant.

JPEG - 74.9 ko
© Jean-Jacques Ader

On l’aura compris, cette Messe en ré de Jean Gilles est d’une grande richesse et il est heureux que Les Passions et Les Eléments l’enregistrent bientôt sous la direction de Jean-Marc Andrieu.

Ajoutons que le Te Deum de Gilles aura constitué la seconde partie du concert, tout en majesté et brillance. On y aura remarqué la belle ligne du solo de taille dans le Pleni sunt coeli, rejoint par le haute-contre, le magnifique solo de ce dernier dans le Te ergo quaesumus, le très beau duo pour taille et haute-contre du Salvum fac opulum tuum, le trio grave du Aperuisti credentibus, l’excellent solo du taille Jean-François Novelli dans Et rege eos et le final éblouissant sur le solo de basse In te Domine speravi, vite rejoint par l’ensemble du chœur éclatant de vigueur et de brillance.

Durant tout le concert, on n’aura pu que saluer la maîtrise et la dextérité de l’orchestre Les Passions qui, alerte et familier de son chef, sait réagir à la moindre indication, varier les nuances et les couleurs pour rendre la musique toujours plus vivante et radieuse. Ce concert de musique religieuse aura été, ce qui n’est pas si courant, tout de joie et de lumière, un bol de bonne humeur et de spiritualité. Le public toulousain a su en remercier ses interprètes par un triomphe bien mérité.

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez lâ€â„¢insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse quâ€â„¢un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de lâ€â„¢auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, nâ€â„¢hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Toulouse
- Cathédrale Saint-Etienne
- 02 mai 2012
- Jean Gilles (1668-1705), Messe en ré ; Te Deum
- Anne Magouët, Cécile Dibon-Lafarge, dessus ; Vincent Lièvre-Picard, haute-contre ; Jean-François Novelli, taille ; Alain Buet, Cyrille Gautreau, Christophe Sam, basses
- Chœur de chambre Les Elément, Joël Suhubiette, direction
- Les Passions, Orchestre baroque de Montauban
- Jean-Marc Andrieu, direction






Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 843103

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Musique vocale et chorale   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License