ClassiqueInfo.com



Un concert rococo par le SOV

mardi 8 septembre 2009 par Richard Letawe
JPEG - 25.9 ko
Martin Yates
© Eric Richmond

Concert un peu triste ce dimanche après-midi au Singel d’Anvers, où l’Orchestre Symphonique de Flandre organisait un de ses traditionnels Summer classics de rentrée : public très clairsemé, niveau musical assez moyen, du moins en première partie.

Présenté comme l’année passée par Thomas Vanderveken, dont les interventions sont vivantes et amusantes, le concert débute par la Symphonie classique de Prokofiev. Le chef britannique Martin Yates la dirige avec professionnalisme et efficacité, mais sans lui imprimer sa marque, et surtout sans parvenir à réellement mobiliser l’orchestre. Ainsi, le premier mouvement est surtout notable par la faiblesse des violons, dont les attaques sont très dures, les phrasés crispés, et la sonorité âpre. Les cordes jouant un peu fort, l’équilibre n’est pas très bon avec des bois pourtant sympathiques, et les cors sont trop effacés. Pas beaucoup de charme non plus dans le larghetto, dans lequel les cordes sont raides et manquent de chaleur. On note quand même un beau et doux dialogue des bois, et une fin de mouvement très réussie, où le chef obtient un beau cantabile des cordes, qui se posent avec beaucoup de délicatesse. Trop lourde, les accents trop appuyés, la gavotte déçoit encore, avant un finale enfin satisfaisant de bout en bout ; bien enlevé, où les cordes assument sans faiblir la vivacité du tempo, et où les bois volubiles donnent toute satisfaction.

Pour suivre, encore œuvre qui regarde vers la XVIIIème siècle, avec les Variations Rococo de Tchaïkovski. Le soliste en est Francis Mourey, violoncelliste de l’Orchestre de la Monnaie, et lauréat du Concours international de violoncelle Servais. Sa prestation est honorable, mais pas très constante. Il commence très bien, son jeu est propre et précis, le poignet est souple, les phrasés sont fins et élégants. Cependant, il commence à perdre pied à partir de la cinquième variation, sans faire d’écart, mais en ayant une intonation de plus en plus précaire ; et la puissance, qui n’était déjà pas très impressionnante auparavant, devient déficiente, et la dernière variation est franchement confuse. Comme les Variations Rococo ne font pas franchement partie de nos œuvres favorites de Tchaïkovski, cette première partie ne nous laissera donc pas un grand souvenir.

La seconde partie, placée sous le signe de la danse, fut cependant d’un niveau plus intéressant. D’après les danses d’Estancia de Ginastera, qui sont proposée dans une version tout à fait correcte, vivante et colorée, à la mise en place impeccable. Il manque bien un peu de frénésie rythmique et d’exubérance dans le Malambo final par exemple, qui est très énergique mais aussi un rien compassé, mais la délicatesse de la Danse du blé, ici mené à une lenteur fascinante, est ici très bien rendue.

Pour terminer, les Danses polovtsiennes tirées du Prince Igor de Borodin, dans une exécution spectaculaire, teintée de sensualité, mais jamais vulgaire ou tonitruante. L’orchestre y fait preuve de brio, en particulier le hautbois solo, d’une souplesse et d’une douceur admirable, et des percussions d’une précision excellente.

Voilà donc une conclusion qui rattrapait l’ambiance tristounette de la première partie de ce concert. Les Summer classics du SOV se poursuivront vendredi à Bruges et dimanche à Anvers avec le concerto n°1 de Liszt et la Symphonie n°1 de Brahms, avec au piano Enrico Pace, et à la baguette Andreas Delfs. Le SOV jouera ce même concerto avec le même Enrico Pace ce 03 octobre au Festival de Laon. Le programme dirigé par David Angus sera complété par Les Tableaux d’une exposition et par la Suite n°1 de Peer Gynt

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez l’insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse qu’un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de l’auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, n’hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Anvers
- Singel
- 06 septembre 2009
- Sergeï Prokofiev (1891-1953) Symphonie n°1 en Ré majeur Op.25 « Classique »
- Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840-1893), Variations Rococo Op.33
- Alberto Ginastera (1916-1983), Quatre danses tirées du ballet « Estancia ».
- Alexander Borodin (1833-1887), Danses polovtsiennes
- Francis Mourey, violoncelle
- SymfonieOrkest Vlaanderen
- Martin Yates, direction











Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 805156

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Musique symphonique   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.8 + AHUNTSIC

Creative Commons License