ClassiqueInfo.com



Société de Musique de Chambre de Lyon : clarinette, alto et piano

lundi 24 janvier 2011 par Patrick Manage
JPEG - 41.2 ko
Lise Berthaud
DR

Organisé par la Société de musique de chambre de Lyon, le concert de ce soir à la Salle Molière était d’une exceptionnelle excellence. Tour à tour, chacun des musiciens invités a su saisir l’occasion d’exprimer tout son talent, pour le plus grand plaisir des auditeurs, dans un programme somptueux faisant la part belle à Schumann.

Nicolas Baldeyrou a l’honneur d’ouvrir la première partie consacrée à Schumann, accompagné d’Eric Le Sage. A eux deux, ils nous plongent dès les premières notes dans le monde tourmenté et pourtant si poétique des Phantasiestücke. Ils soulignent d’une manière très sincère les différentes atmosphères des trois pièces. D’un climat très intérieur dans la première pièce, jusqu’au brillant et au feu de la dernière, tout est là, et chaque note, chaque phrase et chaque ambiance découle de la précédente comme la plus simple des évidences. On ressent ici de ces sentiments les plus profonds de l’être, comme Schumann a sans doute voulu les exprimer.

Lise Berthaud fait son entrée en scène pour la suite du programme, dans les merveilles que sont les Märchenbilder pour alto et piano. La rêverie et l’ambiance sont autres ici, et chacune des quatre pièces a sa propre atmosphère. Du rêve, des émotions planantes, de la fougue et des sentiments particulièrement marquants et enflammés, une douceur extrême pour une fin des plus délicates... Lise Berthaud parvient à tout exprimer, avec la grande maîtrise de son instrument... les couleurs sont des plus subtiles, et la fougue des plus vives... un régal !

JPEG - 36.1 ko
Nicolas Baldeyrou
DR

Les Märchenerzählungen permettent ensuite de marier les timbres et surtout les caractères des trois musiciens. Cela nous donne surtout à mesurer la différence de tempérament entre Lise Berthaud et Nicolas Baldeyrou ; l’une dans un jeu très volontariste, et l’autre dans un jeu très doux et perlé. Dit ainsi, on pourrait penser que l’association est étrange... mais finalement, le terrain d’entente semble évident entre eux, et leurs jeux très complémentaires. Ils révèlent ainsi encore une fois toute la poésie de Schumann.

Après l’entracte, on peut découvrir le moins connu Trio de Carl Reinecke. Effectivement, les beaux éléments dans cette pièce sont nombreux, avec pour chaque instrument de belles parties solistes, mais aussi de très beaux moments de dialogue. En revanche, le Trio dans son ensemble semble manquer légèrement d’unité et de cohérence à côté des chefs-d’œuvre qui l’entourent.

JPEG - 59.8 ko
Eric Le Sage
© Jean-Baptiste Millot

C’est avec le fameux Trio « des Quilles » que se clôt le concert. La simplicité et l’évidence de la musique Mozart cache une complexité qui les musiciens ont largement saisie, et leur jeu l’illustre allègrement. Cacher l’art par l’art, une expression qui prend ici encore tout son sens, dans la musique de Mozart et dans le jeu du trio de ce soir. Encore une fois les tempéraments de l’altiste et du clarinettiste s’opposent, pour mieux se nourrir l’un de l’autre et se marient pour créer avec le pianiste un réel son et jeu de groupe.

Le rappel de ce soir fait un clin d’œil à un autre compositeur qui s’est beaucoup penché sur cette formation. Il s’agit de la Mélodie Roumaine de Max Bruch, pièce courte et simple qui nous laisse entendre une dernière fois le grand talent des trois artistes qui nous ont offert cet excellent concert.

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez lâ€â„¢insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse quâ€â„¢un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de lâ€â„¢auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, nâ€â„¢hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Lyon
- Salle Molière
- 19 janvier 2011
- Robert Schumann (1810-1856), Märchenbilder pour alto et piano Op.113 ; Phantasiestücke pour clarinette et piano Op.73 ; Märchenerzählungen pour clarinette, alto et piano Op.132
- Carl Reinecke (1824-1910), Trio pour clarinette, alto et piano
- Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791), Trio pour clarinette, alto et piano en Mi bémol majeur KV 498 « des Quilles »
- Lise Berthaud, alto
- Nicolas Baldeyrou, clarinette
- Eric Le Sage, piano











Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 810897

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Musique de chambre   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License