ClassiqueInfo.com




Salomé, princesse des poubelles

mardi 10 mars 2009 par Fernand Bretton
JPEG - 30.7 ko
© GTG/Mario del Curto

La pièce d’Oscar Wilde qui a servi de livret pour l’opéra de Richard Strauss raconte un fait « historique » relaté dans l’Evangile par Matthieu et Marc. Certes l’histoire transmise par les deux évangélistes tient en quelques lignes et Oscar Wilde a quelque peu brodé, principalement en prêtant à Salomé une autre motivation que celle de satisfaire aux injonctions de sa mère, pour demander à Hérode la tête du Prophète sur un plateau. Mais la trame de l’histoire reste bien celle de Jean le Baptiste, annonciateur de Jésus, arrêté par le roi Hérode et décapité sur son ordre à la demande de Salomé...

D’aucuns ont pu se féliciter que le metteur en scène de cette production genevoise ne tombe pas dans un « orientalisme de pacotille »... Aucun risque en effet, car l’orientalisme en costume cravate bien occidental et contemporain, au milieu de militaire en uniformes noirs du GIGN en action, avec une Salomé habillée et maquillée façon « gothique » (avec une certaine élégance toutefois, on est quand même princesse !), s’il n’est pas de « pacotille », n’en est pas moins d’un ridicule achevé tant est grand le décalage visuel entre une histoire vieille de 2000 ans en Palestine transposée, évidemment en respectant les personnages et le texte, dans une éventuelle dictature contemporaine occidentale et corrompue... Ou alors considère-t-on qu’une représentation de l’Orient est forcément de pacotille ? Et que le spectacle d’une ambiance de stupre contemporain est plus est en accord avec nos critères de qualité artistiques ?

JPEG - 37.8 ko
© GTG/Mario del Curto

Le ton est donné dès le lever de rideau, qui s’ouvre sur une cour intérieure d’immeuble, avec tous les personnages (soldats et proches d’Hérode, femmes nues) semblant terminer une soirée d’orgie au milieu de détritus et verres cassés, une boucherie ouverte sur ses quartiers de viandes pendants, complétant un décor nauséabond. La célèbre danse des sept voiles est transformée en un accouplement incestueux de Salomé avec son beau père, à l’abri (si on peut dire !) d’un immense bas de femme où ils s’enferment tous les deux s’enroulant l’un sur l’autre pour en ressortir, lui en caleçon, elle en combinaison.

JPEG - 33.2 ko
© GTG/Mario del Curto

Heureusement coté chanteurs, aucune décadence ni défaillance, des nombreux petits rôles de Juifs et de soldats, en passant par le jeune ténor finnois Jussi Myllys dont la suavité de la voix convient parfaitement au rôle d’amoureux transi de Nabborroth. Alan Held est un Jean Baptiste d’une souveraine autorité, et Nicola Beller Carbone révèle un tempérament dramatique exceptionnel même si elle ne possède pas le timbre d’airain d’une Birgitt Nilson ou d’une Anja Silja. L’Orchestre de la Suisse Romande dirigé par Gabriele Ferro est à la hauteur de cette partition complexe et dense.

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez lâ€â„¢insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse quâ€â„¢un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de lâ€â„¢auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, nâ€â„¢hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Genève
- Grand Théâtre
- 28 février 2009
- Richard Strauss (1864-1949), Opéra en un acte, livret du compositeur
- Mise en scène, Nicolas Brieger ; Décors, Raimund Bauer ; Costumes, Andréa Schmidt-Futterer ; Lumières, Alexander Koppelmann
- Hérode, Kim Begley ; Hérodias, Hedwig Fassbender ; Salomé, Nicola Beller Carbone ; Iokanaan, Alan Held ; Narraboth, Jussy Myllys ; Le page d’Héridias, Carine Séchaye ; Premier Juif, Matthias Aeberhard ; Deuxième Juif, Alain Gabriel ; Troisième Juif, François Piolino ; Quatrième Juif, Michael Howard ; Cinquième Juif, Phillip Casperd ; Deux Nazaréens, Marc Mazuir, Simon Kirkbride
- Orchestre de la Suisse Romande
- Gabriele Ferro, direction






Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 810897

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Opéra   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License