ClassiqueInfo.com




Rythmes américains pour une soirée énergique à l’Auditorium de Lyon, sous la baguette de Lawrence Foster

vendredi 18 décembre 2009 par Patrick Manage
JPEG - 8.8 ko
Lawrence Foster
© Alex Irvin

Concert aux rythmes américains très réussi samedi dernier à l’Auditorium de Lyon. Dans ce répertoire qui lui est si familier, Lawrence Foster a pu tirer de l’orchestre une homogénéité de son et une énergie spectaculaire, donnant à l’ensemble un charisme à toute épreuve.

L’Adagio de Barber, si difficile à interpréter pour parvenir à en donner un sens et ne pas en faire quelque chose de banal qui nous ferait bien vite oublier ce tube, est mené avec une précision d’horloger suisse. On oublie quelques décalages pour garder l’essentiel de l’œuvre, aux sonorités exceptionnelles. Le public, qui fait salle comble, est particulièrement attentif dans l’atmosphère de calme et d’introversion que proposent les musiciens.

Pour la suite, l’ONL propose une œuvre relativement peu fréquente, si ce n’est particulière. Cette sérénade pour violon et orchestre n’est pas un concerto, mais bien un enchaînement de cinq pièces aux caractères comme aux thématiques différents. Sur les chemins de la philosophie, Bernstein retranscrit cinq personnages, cinq discours et récits d’après l’œuvre de Platon. Selon le compositeur, il s’agit ainsi d’une « série de louanges à l’amour, reliées entre elles ». La virtuosité du violon soliste n’est pas gratuite, toujours en lien avec les thématiques et émotions de la musique. Jennifer Gilbert, habituellement violon solo de l’orchestre, prend place en tant que soliste, et fait preuve une nouvelle fois de toute sa maîtrise, sa prestance et son charisme. Pas de gestes superflus, et une musicalité exceptionnelle. On note le magnifique duo du violon avec le violoncelle solo au début du final, mais aussi l’excellente énergie de l’orchestre qui accompagne à merveille notre violoniste américaine.

Après l’entracte, les Danse symphoniques de West Side Story, notamment le « Somewhere », Mambo, Cha-cha et autres épisodes de la comédie musicale. On note encore une fois la précision du chef dans sa gestique ; tout est donné et tout est d’une grande efficacité ; les nuances, les dynamiques, les articulations, l’équilibre et la balance, tout permet de se remettre dans l’ambiance tantôt festive, tantôt rêveuse et amoureuse. On se souviendra notamment de l’énergie du mambo, ainsi que du scherzo décrivant la traversée de la ville (troisième mouvement de la suite).

Enfin, clôture de ce long concert, un Américain à Paris, de Gershwin. Est-ce la pièce de trop ? On sature un peu à l’écoute, cela vient-il de l’auditeur ou bien des musiciens ? L’énergie est toujours là, mais semble moins canalisée que dans le reste du programme. Œuvre difficile à mener par le nombre réduit de thématiques, ou bien défi difficile de jouer encore après ces pièces de West Side Story ? On en finirait presque par se lasser…

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez lâ€â„¢insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse quâ€â„¢un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de lâ€â„¢auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, nâ€â„¢hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Lyon
- Auditorium
- 12 décembre 2009
- Samuel Barber (1910-1981), Adagio pour cordes op. 11
- Leonard Bernstein (1918-1990), Sérénade d’après « Le Banquet » de Platon, pour violon et orchestre ;Danses symphoniques de West Side Story
- Georges Gershwin (1898-1937), Un américain à Paris
- Jennifer Gilbert, violon
- Orchestre National de Lyon
- Lawrence Foster, direction






Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 810697

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Musique symphonique   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License