ClassiqueInfo.com




Riquet à Rochemontès : les charmes de la musique et de l’Histoire

vendredi 3 février 2012 par Jean-Charles Jobart

On ne saurait trop louer les organisateurs des Concerts à l’Orangerie de Rochemontès de l’heureuse idée de créer un festival de musique en ce magnifique lieu proche de Toulouse. Assurément, le charme bucolique de cet écrin et son acoustique claire, presque sèche, ajoutent aux plaisirs des amateurs de belle musique. Ceux-ci auront pu apprécier, pour l’ouverture de cette première saison musicale, le spectacle Une soirée chez Riquet, interprété par Les Passions de Jean-Marc Andrieu et l’acteur Maurice Petit.

En cette demeure qui fut la propriété du gendre de Pierre-Paul Riquet et que ce dernier fréquenta lui-même, il était en effet naturel d’évoquer la vie du concepteur du Canal du Midi. L’illustre ingénieur reçoit chez lui ses ouvriers, confondus avec le public, et M. Andrieu, musicien de retour de Paris et qui fait entendre à tous les airs qui se jouent à la Cour afin d’agrémenter le récit de Riquet sur la construction du canal. Ainsi prend-on autant plaisir à la découverte de l’Histoire qu’à l’écoute de la musique. Sait-on par exemple que Riquet finança sur ses propres biens, jusqu’à risquer la faillite, la construction du canal ? Que Colbert, loin de toujours l’encourager, fut souvent un opposant suspicieux ? Que mai 68 fut très festif dans la Toulouse du XVIIe siècle ? Le propos se veut pédagogique sans pour autant manquer d’humour dans les réparties complices entre Riquet et Andrieu, même si ce dernier demeure bien meilleur musicien qu’acteur.

JPEG - 139 ko
© Jean-Jacques Ader

Les quatre musiciens costumés ont offert au public des œuvres de Marin Marais, de François et Louis Couperin et de Robert de Visée. Si l’on a pu craindre à l’ouverture du concert pour la justesse des deux dessus lors du Prélude de la Suite à deux dessus et basse continue en mi mineur de Marin Marais, les deux instrumentistes ont su s’adapter aux variations de température des lieux et l’auditeur fut très vite conquis par les qualités du quatuor. Saluons particulièrement à la viole Marjolaine Cambon pour l’élégance et la personnalité de ses phrasés et Florent Marie au théorbe pour la délicatesse de son continuo et de ses ornements. La Fête champêtre pour viole de théorbe de Marin Marais ou l’Air léger du Huitième Concert Royal de François Couperin furent ainsi des moments de grâce où les graves ont exercé tous leurs charmes sur le public. Quant à l’Allemande « La Royale » de Robert de Visée, elle accompagna avec simplicité et émotion le dernier souffle d’un Riquet soucieux d’ombrager son canal d’arbres que l’on arrache aujourd’hui sans les replanter, trahissant ainsi la volonté de l’illustre père du canal.

JPEG - 75.6 ko
© Jean-Jacques Ader

Le spectacle d’une heure et demie a passé trop vite et le public ravi aura pu prolonger le plaisir de cet après-midi par un convivial cocktail. Ces dimanches après-midi musicaux à Rochemontès seront assurément des rendez-vous aussi prisés que charmants et nous en aurons vite la confirmation avec notamment le duo formé de Cara Cernat au violon et Thierry Huillet au piano le 11 mars et la venue, le 13 mai, de l’exceptionnelle pianiste Muza Rubackyté pour un récital romantique.

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez lâ€â„¢insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse quâ€â„¢un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de lâ€â„¢auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, nâ€â„¢hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Seilh
- Orangerie de Rochemontès
- 29 janvier 2012
- Marin Marais (1656-1728), Suite à deux dessus et basse continue en mi mineur : Prélude, Rondeau, Menuet et Passacaille, La fête champêtre pour viole et théorbe ;
- François Couperin (1668-1733), Troisième Concert Royal : Allemande, Muzette, Huitième Concert Royal : Air tendre, Sarabande, Air léger, Air des Bacchantes ; Louis Couperin, Fantaisie ;
- Robert de Visée (1650-1732), Allemande « La Royale »
- Maurice Petit, texte et lecture
- Jean-Marc Andrieu, flûte à bec
- Nirina Betoto, violon
- Florent Marie, théorbe






Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 830029

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Musique d’ensemble   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License