ClassiqueInfo.com




Retour sur Benjamin Alard

samedi 5 mars 2011 par Philippe Houbert
JPEG - 19.1 ko
Benjamin Alard
DR

Il y a quelques semaines, nous avions essayé de retranscrire notre ressenti à la sortie des deux concerts que le claveciniste Benjamin Alard venait de donner en l’église des Billettes à Paris, récitals consacrés au Premier Livre du Clavier bien tempéré de Johann Sebastian Bach. Face à tant d’interrogations, nous avons pris contact avec le jeune artiste qui a bien voulu répondre à nos questions, ce dont nous le remercions grandement.

Rappelons auparavant que Benjamin Alard est né en 1985, à Rouen. Il a été l’élève de Louis Thiry, puis de François Ménissier. Il a remporté le premier prix et le prix du public au Concours international de clavecin de Bruges en 2004. En 2005, il devint titulaire de l’orgue de Saint Louis-en-l’Ile à Paris. Depuis 2006, il a publié plusieurs enregistrements, tant au clavecin qu’à l’orgue, chez Hortus et Alpha, dont un récent consacré aux Partitas de Bach. En 2007, il est lauréat du Festival Juventus.

ClassiqueInfo : pourquoi avoir présenté les préludes et fugues de ce premier Livre dans un ordre non respectueux de la numérotation et qui trouve sa logique dans les tonalités ? Avez vous essayé d’observer une logique propre ?

Benjamin Alard : Cette oeuvre n’est pas destinée à être jouée du début à la fin. L’ordre du Livre est un ordre logique ascendant des tonalités majeures et mineures. Je n’ai pas cherché de logique ; ma démarche a simplement été d’essayer de trouver des enchaînements les plus naturels possibles, pour moi et pour les auditeurs. Par exemple, une tonalité suivie de sa relative mineure ou une autre précédée de sa dominante. Entendre les vingt quatre préludes et fugues dans l’ordre du Livre m’est absolument insupportable. Comment pourrais-je les jouer de même ?

ClassiqueInfo : Pourquoi avoir laissé de côté trois préludes et fugues et pourquoi les avoir remplacés, notamment par le BWV 902 qui semble d’écriture presque archaïque au sein du Clavier bien tempéré ?

Benjamin Alard : J’ai choisi de jouer ce prélude et fughette car le sujet de cette petite fugue de jeunesse a été reprise par Bach pour la fugue en sol majeur du deuxième Livre. L’abandon de certains préludes et fugues est dû au choix d’enchaînements tel qu’expliqué précédemment.

ClassiqueInfo : Le choix de tempi sensiblement plus lents (surtout lors du premier récital) obéit-il à une volonté interprétative spécifique ? A relier éventuellement à l’extrême transparence et lisibilité des fugues telles que vous les jouez.

Benjamin Alard : Les tempi des pièces sont relatifs ; ils varient en fonction de l’heure, de la nervosité de l’interprète et de beaucoup d’autres paramètres. J’essaie d’être le plus clair possible dans mon interprétation. Si cela fonctionne, tant mieux.

ClassiqueInfo : On a de plus en plus l’habitude d’entendre Bach ornementé presque à foison et joué en employant une accentuation de façon à rendre le caractère chorégraphique de certaines pièces. Avec vous, et c’était déjà le cas dans votre récent enregistrement des Partitas, on a l’impression d’un Bach « mis à plat », avec très peu d’accents et une ornementation minimale. Impression ou volonté délibérée ?

Benjamin Alard : La musique de Jean Sébastien Bach est très dense. Il n’est pas nécessaire de l’orner à foison. Carl Philipp Emmanuel, son fils, commente dans son traité qu’il faut s’abstenir d’orner si l’ornement de l’interprète n’est pas plus intéressant que la tournure initiale.

ClassiqueInfo : La note de programme ne disait rien du clavecin touché. Pouvez- vous nous en parler ? Cet instrument, qui m’a semblé très neutre, est-il lié à vos choix interprétatifs ?

Benjamin Alard : Il s’agissait d’une copie faite par l’atelier Marc Ducornet d’après le Rückers de Colmar. Ce modèle flamand n’est peut-être pas tout à fait adapté à la musique de Bach, mais j’aime beaucoup jouer cet instrument. Comme le tempo, le choix d’un instrument dépend de beaucoup de contraintes : de lieu, d’acoustique, de budget, de disponibilité.

ClassiqueInfo : Enfin, un enregistrement de ce premier Livre est-il prévu ?

Benjamin Alard : Peut être…

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez lâ€â„¢insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse quâ€â„¢un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de lâ€â„¢auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, nâ€â„¢hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"






Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 831365

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Entretiens   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License