ClassiqueInfo.com




Radulovic et Chung à Pleyel

mardi 17 juin 2008 par Thomas Rigail
JPEG - 18.6 ko
Nemanja Radulovic
©Caroline Doutre, Eric Manas, Transart

Pour l’un des derniers concerts de la saison, le Philharmonique de Radio France et son directeur Myung-Whun Chung présentaient un programme des plus banal (concerto pour violon de Sibelius et quatrième symphonie de Brahms) avec pour seul élément digne d’intérêt a priori la présence en soliste du tout jeune Nemanja Radulovic.

Climax tonitruants, points d’orgues étirés, silences oppressants, cordes appesanties par des contrebasses monumentales qui semblent vouloir empêcher le soliste de s’exprimer : dans ce premier mouvement du concerto pour violon de Sibelius, nous sommes dans une atmosphère très sombre, presque expressionniste dans le déséquilibre de l’orchestre et les arrêtes dramatiques exaltées jusqu’à l’exagération, plutôt inhabituelle dans cette œuvre, à tel point que la musique de Sibelius finit parfois par ressembler à celle de Wagner. Choix d’interprétation ou incapacité à s’adapter au style de Sibelius ? Qu’importe, le résultat, pesant, morbide, a le mérite de nous éloigner des interprétations paysagistes façon grands froids. Dans cette claustrophobie ambiante, Radulovic, dont le son est plutôt léger, peine parfois à s’imposer malgré une réelle intensité de jeu. Cette approche dramatique fonctionne moins bien dans le deuxième mouvement, où le violon peut difficilement chanter sur ce fond orchestral accablant. De plus, des problèmes d’intonation se font entendre chez le soliste, problèmes qui s’aggravent dans le finale, qui demeure malgré tout vigoureux. Une interprétation imparfaite donc, autant chez le soliste qu’à l’orchestre, mais habitée par une réelle intensité. En bis, une ballade de la sonate n°3 d’Ysaye tendue, malgré toujours les mêmes problèmes de justesse, confirme ces impressions.

JPEG - 11.1 ko
Myung Whun Chung
Universal Music France ©

La quatrième de Brahms qui suit est elle typique de ce qu’on peut entendre de Chung avec l’OPRF. Le chef tente visiblement de faire respirer la mélodie du premier mouvement en insistant sur les subtilités du chant, mais le résultat est un phrasé asthmatique et une polyphonie peu claire. Les bois, quasi-absents du concerto de Sibelius, apparaissent enfin, avec une belle flûte solo dans le IV et une clarinette meilleure encore, qui sont la preuve qu’ils méritent que l’orchestre fasse mieux en termes d’équilibre. Le deuxième mouvement manque de légèreté et ne convainc pas sur la longueur au contraire de l’Allegro giocoso, rapide sans exagérer et percutant malgré une tendance au bruyant. L’Allegro final retombe dans les travers d’une forme apathique, mais l’ensemble demeure homogène, avec les qualités et les défauts que le public parisien a appris à attendre de l’OPRF et de son directeur.

Avec un programme aussi rebattu et des interprètes inégaux, nous aurions pu craindre une soirée d’ennui et nous avons finalement eu droit à un concert imparfait mais attachant.

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez lâ€â„¢insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse quâ€â„¢un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de lâ€â„¢auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, nâ€â„¢hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Paris
- Salle Pleyel
- 13 juin 2008
- Jean Sibelius (1865-1957, Concerto pour violon en ré mineur Op.47 ; Johannes Brahms (1833-1897), Symphonie n°4 en mi mineur Op.98
- Nemanja Radulovic, violon
- Orchestre Philharmonique de Radio France
- Myung-Whun Chung, direction






Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 824939

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Musique symphonique   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License