ClassiqueInfo.com




Printemps musical de Silly : Les Muses au bout des doigts

dimanche 4 avril 2010 par Richard Letawe
JPEG - 13.4 ko
Eglise de Bassilly
DR

Le Printemps musical de Silly a lancé le 20 mars dernier la riche saison des festivals musicaux du Hainaut. Festival biennal, le Printemps musical de Silly fête ses vingt ans cette année. Il proposera jusqu’au 19 juin quinze concerts faisant la part belle aux jeunes musiciens, entre programmes majoritairement classiques et une couple de soirées orientées vers le jazz et la musique du monde. Chopin est l’un des compositeurs les plus présents dans la programmation, le festival a d’ailleurs reçu le label « Chopin 2010 en Belgique », décerné par l’ambassade de Pologne.

Le troisième concert de cette édition se déroulait ce samedi dans l’église de Bassilly, en présence de l’ambassadeur de la République d’Haïti. Les organisateurs avaient en effet décidé de verser la recette de cette soirée au consortium des ONG impliquées dans l’aide à la reconstruction de l’île.

Plateau chargé pour ce concert, et programme copieux et inhabituel, avec quatre pièces concertantes jouées par quatre pianistes différents, tous accompagnés par l’ensemble les Muses, dirigé par Xavier Haag.

Walther Brochier, dix-sept ans, avait l’honneur d’ouvrir la soirée avec le premier mouvement du Concerto n°21 de Mozart. Choix audacieux, car c’est une œuvre très délicate, qui réclame virtuosité technique et simplicité expressive, et que le jeune pianiste aborde sans l’aide de la partition, ce qui lui jouera un tour dès le début de sa prestation avec un vilain trou de mémoire. Cet incident l’a peut-être déstabilisé, car il a commencé à montrer des faiblesse : dans l’articulation, qui manque de fermeté et de netteté, dans la précision digitale, avec de nombreuses fausses notes et des traits malhabiles, dans le simple déroulement du discours, très timide, manquant de fraîcheur et de détermination. Il ne faut jamais pour un soliste négliger les possibilités de jouer avec un orchestre, car les occasions sont rares, mais ce soir, Walther Brochier n’était pas tout à fait prêt dans un morceau un peu trop difficile pour ses moyens actuels.

Pour suivre, Geneviève Pirotte, pianiste assez connue en Belgique, pédagogue très active, qui compte parmi ses élèves un certain Walther Brochier. Elle livre un Concerto n°2 de Chopin à la fois séduisant et convaincant, malgré un premier mouvement maniéré, aux phrasés manquant de naturel, où un rubato excessif produit une impression de sentimentalisme sucré, et où les moments de flottement dans le dialogue avec l’orchestre sont assez gênants. En revanche, le Larghetto est excellent : l’équilibre entre les deux mains est très bon, les phrasés sont simples, légers et maîtrisés jusqu’au bout, l’articulation est bine nette, et le rubato discret et délicat. La partie centrale de ce mouvement, plus orageuse, est légèrement plus brouillonne, mais pas de quoi troubler un très joli morceau de poésie, donné avec beaucoup de sensibilité. Sans être renversant, le finale, mené avec beaucoup de soin, de la détermination, et une grande sûreté digitale, se révèle aussi convaincu que convaincant, e conclut en beauté un prestation gracieuse et inspirée.

En deuxième partie, une autre jeune pianiste dont la formation n’est pas encore achevée, Charlotte Haag, dans le Concerto n°11 de Haydn, qu’elle joue avec des doigts très agiles, et une belle qualité d’articulation, au moins dans les deux premiers mouvements, car le finale, qu’elle semble aborder fatiguée, est moins vivant et marqué par quelques accrocs. Le toucher est léger et précis, mais tout cela est joué d’une façon timide. Ce concerto n’est pas de ceux où il est facile d’imprimer sa personnalité, mais il devrait être possible d’y instiller plus de fantaisie et de surprise, et de donner un peu plus de sensibilité au mouvement lent, ici joué dans un style très mécanique.

Un pédagogue encore pour terminer, avec Michel Scohy, qui enseigne à Bruxelles et à Paris. Celui-ci a choisi les Variations sur « La ci darem la mano » de Chopin, qu’il exécute malheureusement avec un redoutable manque d’entrain, laissant une impression décousue et assez fastidieuse. Le concert était il est vrai peut-être un peu long, pour l’auditoire, mais aussi pour l’orchestre, qui ne s’est pas distingué par sa subtilité et sa réactivité dans cette œuvre.

Durant le reste de la soirée, l’ensemble les Muses, malgré quelques intonations aléatoires, a cependant réalisé un très bon travail, prodiguant des sonorités assez séduisantes, et possédant quelques solistes brillants parmi les bois. Confronté à une acoustique assez délicate, l’obligeant à garder des rythmes modérés, Xavier Haag a réussi à maintenir une bonne cohésion et un bel ensemble avec les solistes, et a proposé un accompagnement orchestral assez creusé et vivant, ne se contentant pas d’une ponctuation fonctionnelle.

Malgré ses quelques faiblesses, ce concert donné dans un très beau cadre fut une belle réussite, présentant quelques jeunes talents qu’on espère voir grandir et se bonifier dans les années à venir.

Prochain concert du Printemps musical de Silly : le 10 avril à l’hôpital Notre-Dame à la Rose de Lessines. De jeunes artistes encore, les pianistes Laurent Beeckman, Veerle Bosmans, André Roe et Geoffroy Baptiste, et la soprano Sandra Paelinck y joueront un programme Made in US : Gershwin, Copland, Barber et Bernstein.

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez lâ€â„¢insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse quâ€â„¢un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de lâ€â„¢auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, nâ€â„¢hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Bassilly
- Eglise de la Sainte Vierge
- 27 mars 2010
- Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791), Concerto n°21 en Ut majeur KV467, premier mouvement
- Frédéric Chopin (1810-1849), Concerto pour piano n°2 en fa mineur Op.21 ; Variations sur « La ci darem la mano » en Si bémol majeur Op.2
- Joseph Haydn (1732-1809), Concerto pour piano n°11 en Ré majeur Hob.XVIII :11
- Walther Brochier, piano (Mozart)
- Geneviève Pirotte, piano (Concerto n°2 de Chopin)
- Charlotte Haag, piano (Concerto n°11 de Haydn)
- Michel Scohy, piano (Variations de Chopin)
- Ensemble orchestral Les Muses
- Xavier Haag, direction






Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 812897

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Musique symphonique   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License