ClassiqueInfo.com



Premio Borciani, 14 juin, la matinée

mercredi 15 juin 2011 par Richard Letawe
JPEG - 63 ko
Excelsa Quartet
© Jesse Weiner

Après le marathon du premier jour et ses dix formations à se présenter devant le jury, la deuxième journée du premier tour du Premio Borciani était à peine moins chargée, avec neuf quatuors au programme, et dès la première prestation du matin, un choc.

Ce choc est causé par les Américains du Calder Quartet, un quatuor qui arrive de Californie, sans références européennes (il fera ses débuts officiels au festival d’Edimbourg l’année prochaine), mais qui a déjà de très belles référence dans son pays d’origine, et qui montre un goût très marqué pour la musique de notre temps, enregistrant les œuvres de Christopher Rouse ou de Terry Riley.

Les Calder proposent d’abord un premier mouvement du Quatuor Op.59 n°2 de Beethoven très franc, intense et parfaitement contrôlé, d’une qualité instrumentale au dessus du lot, et qui progresse avec caractère et volonté, sans hésitation, en exprimant toute la portée tragique du discours du compositeur. Les Calder jouent véritablement ensemble, la solidité de leur formation, leur cohésion sans faille leur permettent ensuite un Quatuor n°5 de Bartok prodigieux d’efficacité, de panache et de force, s’affranchissant de tout problème à caractère technique pour ne se concentrer que sur l’interprétation. Celle-ci, loin de n’être qu’une démonstration du brio instrumental dont ils sont capables, est à la fois raffinée, souple et musclée, sans aucun relâchement intempestif dans la tension du discours, proposant un Scherzo plutôt malicieux, et atteignant dans l’Andante aux phrasés chaleureux et amples des sommets de lyrisme.

JPEG - 108.6 ko
Calder Quartet
DR

Avec Beethoven, mais surtout avec cet exceptionnel quatuor de Bartok, qui trouve ici une lecture d’une rare évidence et d’une force de conviction peu commune, les Calder se placent d’ores et déjà au second tour, et peuvent envisager aller très loin dans cette épreuve s’ils conservent leur niveau d’aujourd’hui.

Passant après la révélation Calder, le Cavaleri Quartet n’a pas la tâche aisée, mais prend courageusement le relais avec un Quatuor n°3 de Schnittke donné dans une interprétation radicale et énergique, parfois violente, et d’une concentration très prenante. Leur fougueuse leader, Anna Harpham est une violoniste audacieuse, osant des phrasés mordants et risqués, qui ne maîtrise pas toujours son tempérament dans Beethoven, où son jeu est souvent à la limite de la justesse, et pas d’une propreté irréprochable. Ses partenaires tirent leur épingle du jeu, mais dans un répertoire qui nécessite aussi des qualités d’équilibre et de constance, les Cavaleri semblent un peu éparpillés, et manquer d’une substance sonore suffisamment riche et homogène.

JPEG - 68.6 ko
Cavaleri Quartet
© Cavaleri Quartet

Les Tchèques du Quatuor Dolezl ont une manière bien à eux de débuter leur prestation. Ils s’avancent sur scène d’un air très résolu, mais sans leurs instruments, non pour jouer du Cage, mais pour longuement et minutieusement régler leurs tabourets. Une fois l’opération réalisée, ils repartent en coulisses pour prendre leurs instruments, sous les rires discrets du public et de certains membres du jury, et leur concert peut enfin commencer. Une prestation qui ne restera cependant pas dans les mémoires pour des raisons musicales, tant les Dolezal sont apparus faibles. Ils ont pourtant une jolie sonorité corsée, et phrasent souplement, mais leur jeu est entaché de graves faiblesses, aussi bien collectivement, avec une cohésion très friable et une intonation commune aléatoire, qu’individuellement, avec de très fréquents écarts de justesse, et des attaques souvent imprécises. Ils savent ce qu’ils jouent, dans Beethoven comme dans Schumann, sont bien trop limités pour faire illusion.

Le quatuor féminin Excelsa arrive à Reggio avec deux récentes victoires dans des compétitions de plus petite envergure, à Illzach dans le Haut-Rhin, et au Concours Charles Hennen aux Pays-Bas. Leur mouvement du quatuor de Beethoven n’est pas très réussi, manquant de puissance et de continuité dramatique, marqué par l’articulation trop effacée de la première violon Laura Colgate et par le manque de présence sonore et de confiance de l’altiste Valentina Shohdy.

Les Excelsa se sont formées récemment, et manquent encore de cohésion, de la respiration naturelle qui naît après des années de pratique commune. Elles proposent néanmoins un très bon Quatuor Op.10 de Debussy, franc et gracieux, aux sonorités lumineuses et aux phrasés subtils, jamais forcés, et au style en définitive très convaincant. Elles se cherchent parfois, ne trouvent pas toujours un équilibre sonore tout à fait convaincant, mais la fraîcheur et les jolis coloris qu’elles mettent dans leur interprétation raffinée devraient leur valoir une participation au deuxième tour de ce Concours Borciani décidément très prometteur.

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez l’insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse qu’un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de l’auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, n’hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Reggio Emilia
- Teatro Valli
- 13 juin 2011
- Ludwig van Beethoven (1770-1827), Quatuor Opus 59 n°2 en mi mineur Razumovsky
- Bela Bartok (1881-1945) Quatuors à cordes n°5 en si bémol Sz 102
- Calder Quartet : Ben Jacobson, Andrew Bulbrook, violon ; Jonathan Moerschel, alto ; Eric Byers, violoncelle
- Alfred Schnittke (1934-1998), Quatuor n°3
- Cavaleri Quartet : Anna Harpham, Ciaran McCabe, violon ; Ann Beilby, alto ; Rowena Calvert, violoncelle
- Robert Schumann (1810-1856), Quatuor n°1 en la mineur op.41 n°1
- Quatuor Dolezal : Vaclav Dvorak, Ondrej Pustejovsky, violon ; Martin Stupka, Alto ; Jan Zverina, violoncelle
- Claude Debussy (1862-1918), Quatuor en sol mineur Op.10
- Excelsa Quartett : Laura Colgate, Malavika Gopal, violon ; Valtentina Shohdy, alto ; Kacy Clopton, violoncelle











Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 804137

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Musique de chambre   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.8 + AHUNTSIC

Creative Commons License