ClassiqueInfo.com




Premio Borciani, 14 juin, l’après-midi

lundi 27 juin 2011 par Richard Letawe
JPEG - 58.4 ko
Gémeaux Quartett
© Helge Nawrot

Poursuivant dans l’ordre alphabétique des participants, le Premio Borciani reprenait après le dîner par l’audition du Quatuor Gémeaux, pour terminer ensuite ce premier tour avec les Kelemen, Linden, Meccorre et Navarra.

Les Gémeaux sont une formation expérimentée, déjà troisième du Concours ARD de Munich en 2008 par exemple, mais ils déçoivent beaucoup aujourd’hui. Leur mouvement de l’opus 59 n°2 de Beethoven n’est pas au début dénué de qualités dramatiques, et peut même apparaître assez impérieux, mais le soufflé retombe assez vite et la lecture s’enlise alors dans l’imprécision brouillonne et flasque. Leur Quatuor en Fa de Ravel n’est pas mauvais, mais manque furieusement de grâce et d’audace, au point de ne laisser aucun souvenir. Au final, les Gémeaux semblent être venus faire de la figuration à ce concours dans lequel ils ne sont pas parvenus à exprimer quoique ce soit d’intéressant.

JPEG - 79.1 ko
Quatuor Kelemen
DR

Le Quatuor Kelemen sortira heureusement l’auditoire de sa torpeur avec une excellente prestation. Formé depuis 2009 seulement autour de son premier violon Barnabas Kelemen, concertiste réputé, troisième prix du Concours Reine Elisabeth en 2011, cet ensemble déboule dans le concours avec un premier mouvement de Beethoven nerveux et racé, au discours abrupt, mais logique et maîtrisé. Barnabas Kelemen ose quelques phrasés un peu excentriques, et domine vigoureusement la conversation, laissant ses pourtant brillants partenaires quelque peu en retrait, mais ce refus résolu de l’académisme, cette joie manifeste à imposer ses vues sont tout à fait réjouissants. Cette joie se retrouve dans un splendide Quatuor Op.76 n°4, qu’on aura du mal à qualifier autrement que de rayonnant, magnifié par le plaisir constant et manifeste des musiciens, leurs radieuses sonorités et le tempérament jubilatoire du premier violon, qui réalise tout du long des prodiges d’articulation et de finesse.

JPEG - 93.6 ko
Linden String Quartet
DR

Le Linden String Quartet débute son programme par le Quatuor Op.41 n°1 de Schumann, qu’il entame remarquablement bien, avec un premier mouvement au climat passionné et au souffle généreux, qui montre d’évidentes qualités narratives, soutenu par un son agréablement moelleux. Le Scherzo est lui aussi excellent, au rythme vif et aux lignes mélodiques finement ciselées. Les choses se gâtent cependant un peu par la suite, avec un Adagio dont les Linden ne semblent pas trouver les clefs, assez sec et manquant de nuances, puis dans le presto final, au rythme fatigué et à la cohésion assez perfectible. Trop haché, souffrant des imprécisions de Sarah Mc Elravy premier violon, le premier mouvement du quatuor de Beethoven n’atteint pas de très hauts sommets. « r

JPEG - 70.8 ko
Quatuor Meccorre
DR

Avant-dernier participant à ce premier tour, le Quatuor Meccorre, de Pologne, a déjà de belles références à Reggio, puisqu’il a participé au festival qui s’y tient les années où le concours n’est pas organisé. Jouant debout, ce qui impose le montage d’un cocasse petit podium pour le violoncelliste, les Meccorre sont d’excellents virtuoses, et le prouvent d’emblée avec une lecture très brillante et très engagée de Beethoven, une lecture qui n’empêche cependant pas la sensibilité de la musique de s’exprimer. Le frémissant leader des Meccorre, Wojciech Koprowski, a encore plus le loisir de montrer toute l’étendue de son talent dans le Quatuor « des Quintes » de Haydn, qui met résolumment le premier violon en avant, lui octroyant meme une cadence. Il conduit l’oeuvre avec un style et une grâce admirables, déployant des phrasés à l’élégance princière. Très maîtrisée, cette version noble et mesurée, aux nuances parfaitement dosées, est un splendide exemple du plus pur classicisme.

JPEG - 41.5 ko
Navarra String Quartet
DR

C’est le Quatuor Navarra qui a l’honneur de conclure ce premier tour. De constitution assez ancienne, et ayant déjà remporté une competition enItalie, le Concours Gui de Florence, les Navarra ont change récemment de premier violon, ce qui explique peut-être la timidité de celui-ci, Magnus Johnstin, au cours de cette épreuve. En effet, ni dans Beethoven, assez insipid malgré une bonne mise en place, ni dans le Quatuor de Ravel, terne et douloureux, on ne sent une veritable vision à l’oeuvre chez le leader de cette formation. Admettons cependant que la journée a été longue, et qu’après avoir entendu neuf fois le meme movement de quatuor, et trois fois celui de Ravel, nous ne soyons plus tout à fait en état de juger de la performance de cet ensemble.

Les dix-neuf quatuor entendus, nous pouvons nous livrer au petit jeu des prognostics et des preferences. Le nombre des participants au deuxième tour n’est pas determine au préalable, ce qui rend les supputations plus aléatoires. Néanmoins, on peut certainement tabler sur une dizaine de qualifies, parmi lesquels nous pensons pouvoir compter les Calder, Voce, Meccorre, Kelemen, Schumann, Arcadia, Varèse, Excelsa, Acies et Amaryllis.

Après une assez courte deliberation, le president du jury Günter Pichler annonce les qualifies qui sont onze : les Acies, Amaryllis, Arcadia, Calder, Cavaleri, Kelemen, Linden, Meccorre, Navarra, Schumann et Voce.
Un choix plutôt large, logique, mais nous regrettons l’absence du Quatuor Varèse, auteur d’un somptueux Ainsi la nuit de Dutilleux, de meme que celle des Excelsa, qui ont donné la meilleure version du Quatuor Op.10 de Debussy.

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez lâ€â„¢insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse quâ€â„¢un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de lâ€â„¢auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, nâ€â„¢hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Reggio Emilia
- Teatro Valli
- 13 juin 2011
- Ludwig van Beethoven (1770-1827), Quatuor Opus 59 n°2 en mi mineur Razumovsky
- Maurice Ravel (1875-1937), Quatuor en Fa majeur
- Gémeaux Quartett : Yu Zhuang, Manuel Oswald, violon ; Sylvia Zucker, alto ; Matthijs Broersma, violoncelle
- Joseph Haydn (1732-1811), Quatuor en Sol majeur Op.76 n°4
- Quatuor Kelemen : Barnabas Kelemen, Gabor Homoki, violon ; Katalin Kokas, alto ; Dora Kokas, violoncelle
- Robert Schumann (1810-1856), Quatuor n°1 en la mineur op.41 n°1
- Linden String Quartet : Sarah McElravy, Catherine Cosbey, violon ; Eric Wong, Alto ; Felix Umansky, violoncelle
- Joseph Haydn (1732-1811), Quatuor en Sol majeur Op.76 n°4
- Quatuor Meccorre : Wojciech Koprowski, Aleksandra Tomasinska, violon ; Michal Bryla, alto ; Karol Marianowski, violoncelle
- Maurice Ravel (1875-1937), Quatuor en Fa majeur
- Navarra String Quartet : Magnus Johnston, Marije Ploemacher, violon ; Simone van der Giessen, alto ; Nathaniel Boyd, violoncelle






Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 810897

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Musique de chambre   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License