ClassiqueInfo.com




Premio Borciani, 13 juin, l’après-midi

mardi 14 juin 2011 par Richard Letawe
JPEG - 101.9 ko
Quatuor Voce
© Sophie Pawlak

L’après-midi était bien entamée lorsque le premier tour du Concours Borciani a pu reprendre avec au programme les auditions des Quatuors Vinca, Voce, Acies, Amaryllis, Arcadia et Arneis.

Sur la prestation du Quatuor Vinca nous serons bref, car rien ne fonctionna dans le jeu de cette formation cette après-midi. Pour commencer, un Quatuor n°2 de Janacek d’une incroyable brutalité, au son cassant, une bourrasque sonore qui ne montre aucune trace de compréhension des intentions du compositeur, dont on ne pourrait jamais deviner à l’écoute de cette exécution qu’il était tchèque.

JPEG - 152.8 ko
Vinca String Quartet
© Mike Buscher

Les Vinca jouent ensuite un piteux premier mouvement du Quatuor Op.59 n°2 de Beethoven, moins violent que Janacek, mais rendu impossible par le jeu sous-articulé et les nombreuses faute d’intonation de la primarius. Quant au jeu d’ensemble, il est cruellement absent. Ce quatuor est capable de mieux,il l’a prouvé en d’autres occasions, mais il s’est effondré sous le poids de l’enjeu aujourd’hui.

La prestation des Voce est d’une toute autre trempe. Ils livrent un Beethoven fougueux et racé, dont la pugnacité est tempérée par la fantaisie d’un jeu très libre, conduit très souplement par Cécile Roubin, à la dynamique extrêmement fine, et aux sonorités flatteuses.

JPEG - 84.7 ko
Quatuor Voce
© Sophie Pawlak

Leur Quatuor de Ravel est attaqué bille en tête, dans des tempi assez risqués, mais qu’ils maîtrisent de bout en bout. Ils semblent en fait en train de donner un concert plutôt que de participer à un concours, et laissent de fait une merveilleuse impression d’aisance, de naturel et de simplicité. Sarah Dayan qui a repris le poste de premier violon pour cette œuvre mène le jeu avec une belle assurance, phrasant fièrement ; elle montre un peu trop d’autorité parfois dans le premier mouvement, mais elle fait rayonner joyeusement le deuxième, et laisse tout le loisir à ses partenaires de s’exprimer dans le troisième mouvement, sûrement le plus beau, abordé dans une optique légère et fraîche, sans pathos superflu. Très bondissant, le finale contient quelques duretés, mais qui se révèlent sans véritable conséquence.

JPEG - 30.3 ko
Acies Quartet
© Christoph Wurser

Les Autrichiens du Quatuor Acies succèdent ensuite aux Voce. Ils sont les premiers à oser un quatuor de Haydn avec l’Opus 77 n°1. Un choix très viennois, qu’ils assument en en offrant une version très viennoise d’ailleurs, bonhomme et insouciante, pleine de charme et de légèreté, avec juste ce qu’il faut de douce nostalgie pour avoir tout le caractère voulu. Le son de l’ensemble est rond et chaud, teinté d’une petite pointe d’acidité, le respiration est très homogène. On reste cependant un peu sur sa faim devant cette version très académique, car Haydn invite à un peu plus de folie, de prise de risque et de fantaisie ; ainsi, les deux derniers mouvements sont très sages, et se déroulent un peu platement, sans surprise.

Cette même impression de juste milieu peu audacieux se retrouve dans leur belle et presque calme version du premier mouvement du quatuor de Beethoven, très lisible, d’une grande qualité d’articulation, mais qui montre peu de tempérament, et mériterait que les Acies cessent de vouloir trop canaliser leurs élans.

JPEG - 58.6 ko
Amaryllis Quartet
DR

Les Amaryllis en sont à leur deuxième participation au concours Borciani. C’est donc un quatuor très mûr, qui a déjà une belle carrière derrière lui, et une longue expérience des compétitions. Cela se ressent dans leur interprétation très calibrée de Beethoven, dense, sans faiblesse et d’une grande logique, Cependant, leur son, très puissant, est plutôt terne, et l’expressivité n’est pas leur fort. Très romantique, leur Ravel manque ainsi de fraîcheur, souffrant aussi d’un premier violon au son émacié, et aux phrasés trop secs.

JPEG - 112 ko
Arcadia Quartet
DR

Très expérimenté lui aussi, le Quatuor Arcadia, de Roumanie, a un palmarès de concours impressionnant, avec plusieurs prix glanés lors d’épreuves en Hollande, en Allemagne ou en Suisse. Malgré des erreurs d’intonation, leur Beethoven montre beaucoup de conviction et une solide assise rythmique. Ils ont fait le choix du rare Quatuor n°2 de Zemlinsky, une œuvre plutôt touffue, mais dont ils donnent une version assez aérée, aux contrastes puissants, mais au lyrisme un peu trop appuyée, et pour laquelle ils forcent un peu leur nature en densifiant une sonorité qui est naturellement légère chez eux. Le première violon Ana Török ne manque pas de charme et a un jeu un peu fragile, mais très lumineux.

JPEG - 141 ko
Arneis Quartet
© Eugenia Chung

Venant après quatre prestations très consistantes, et au terme d’une journée harassante, les Américains du Quatuor Arneis étaient placés dans des conditions difficiles, qui ne leur ont pas permis de se transcender au cours de leur passage. Leur interprétation de Beethoven est assez anémique, manquant d’articulation et à la mise en place perfectible, et ils livrent ensuite un Quatuor n°2 de Britten propret, mais sans saveur, au son cotonneux et aux phrasés manquant de tranchant et de conviction. Rien en tout état de cause qui leur permette d’envisager poursuivre la compétition.

Nos préférence pour cet après-midi vont donc clairement aux Voce, et un cran au dessous aux Arcadia. Les solides performances des Acies et des Amaryllis devraient leur valoir une qualification au second tour, auquel ne devraient pas accéder les Arneis. Quant aux Vinca, ils sont irrémédiablement éliminés.

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez lâ€â„¢insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse quâ€â„¢un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de lâ€â„¢auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, nâ€â„¢hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Reggio Emilia
- Teatro Valli
- 12 juin 2011
- Ludwig van Beethoven (1770-1827), Quatuor Opus 59 n°2 en mi mineur Razumovsky
- Leos Janacek (1854-1928,) Quatuors à cordes n°2 « Lettres intimes »
- Vinca Quartet : Jessica Tong, Aaron Requiro, violon ; Laura Seay, alto ; An-Lin Bardin, violoncelle
- Maurice Ravel (1875-1937), Quatuor en Fa majeur
- Quatuor Voce : Sarah Dayan, Cécile Roubin, violon ; Guillaume Becker, Alto ; Florian Frère, violoncelle
- Joseph Haydn (1732-1811), Quatuor en Sol majeur Op.77 n°1
- Acies Quartett : Benjamin Ziervogel, Raphael Kasprian, violon ; Manfred Plessl, alto ; Thomas Wirsflecker, violoncelle
- Maurice Ravel (1875-1937), Quatuor en Fa majeur
- Amaryllis Quartet : Gustav Frielinghaus, Lena Wirth, violon ; Lena Eckels, alto ; Yves Sandoz, violoncelle
- Alexander Von Zemlinsky, Quatuor n°2 Op.15
- Arcadia Quartet : Ana Török, Rasvan Dumitru, violon ; Traian Boala, alto ; Zsolt Török, violoncelle
- Benjamin Britten, Quatuor n°2 Op.36
- Arneis Quartet : Heather Braun, Rose Drucker, violon ; Daniela Dona, alto ; Agnes Kim, violoncelle






Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 829067

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Musique de chambre   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License