ClassiqueInfo.com




Pascal Dusapin : {To be sung}

dimanche 19 avril 2009 par Philippe Houbert
JPEG - 32.7 ko
Pascal Dusapin
© Vanessa Thaureau / Salabert

On ne peut que féliciter et remercier la Cité de la musique d’avoir, en une quinzaine de jour, du 27 mars au 11 avril, confié les clés de la maison à Pascal Dusapin au travers de la formule du « Domaine privé », qui donne des programmations de grande qualité, année après année.

Après la première audition intégrale des sept « Solos » pour orchestre, la projection de la passionnante leçon inaugurale prononcée par le compositeur au Collège de France en février 2007, une non moins intéressante interview par Jean Paul Derrien, l’audition des Sept Etudes pour piano par Vanessa Wagner (on rêve d’un Pollini dans cette oeuvre), un sublime concert donné par les solistes de l’Ensemble InterContemporain (Indeed et le Trio Rombach venant encadrer deux pièces de Xenakis et l’étonnant Paraphrase de Wolfgang Rihm), la grande salle des concerts de la Cité accueillait l’opéra de chambre To be sung ce mardi 7 avril.

To be sung est une drôle de chose musicale. Conçue en 1988-89 lors d’un séjour à New York, Dusapin résume son projet, finalisé en 1993, ainsi : « Subjugué par l’art de la lumière du plasticien James Turrell, je fus vite séduit par l’idée d’inventer quelque chose avec cet artiste si singulier …. Imaginer une scène constituée uniquement de lumière et proposer une plénitude nouvelle à la représentation. En quelque sorte dénuée de l’interprétation propre à la mise en scène ».

C’est en fait la découverte des textes de Gertrude Stein, et notamment une série intitulée A Lyrical Opera Made by Two et sous-titrée to be sung, qui permit à Pascal Dusapin de compléter son projet, de choisir les fragments en fonction de leurs assonances ou de leurs valeurs phoniques. Le compositeur ne saurait mieux « expliquer » ce qu’on entend que quand il dit : « c’est bien de cela dont il s’agit : de sonore. ».

Donc, pas de narration. La salle est plongée dans l’obscurité. Le récitant (dont l’inspiration est venue au compositeur en entendant certains speakers de radios américaines) plante le décor – ici, un simple écran de lumière – devant lequel trois chanteuses (admirablement vêtues de robes Christian Lacroix) débutent une polyphonie constituée d’associations soniques et d’alliances phonétiques, elles-mêmes créant un assemblage de surfaces de sens et de plans sonores par juxtapositions et superpositions.

Cette polyphonie (formidables Claron McFadden, Claire Booth et Anna Stephany) est soutenu par un ensemble de sept instrumentistes (7 – chiffre-clé chez Dusapin) qui enrichissent les voix, créent des espaces de silence (« presque de rien » dit Dusapin). Perpétuel entrelacs de lignes qui se confondent ou s’autonomisent dans des couleurs orchestrales sans cesse changeantes. Sur le plan instrumental, Dusapin est ici à son sommet.

Cette sensualité sonore, ces systèmes nés de jeux de timbre, ces allitérations répétées finissent par transporter l’auditeur dans un univers onirique où chacun peut y retrouver ce qu’il veut : ventre maternel, trip hallucinogène, simple rêve …. De ce point de vue, To be sung est peut être une des œuvres contemporaines les plus faciles d’accès pour quiconque voudrait s’intéresser à la musique de notre temps. Dévoilement, selon Dusapin, d’une œuvre qui avance simplement « pour être chantée ».
Mais encore faut-il la qualité de chant et d’instruments entendue l’autre soir.

Un des grands concerts de musique contemporaine de la saison.

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez lâ€â„¢insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse quâ€â„¢un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de lâ€â„¢auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, nâ€â„¢hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Paris
- Cité de la Musique
– 07 avril 2009
- Pascal Dusapin (né en 1955), To be sung. Opéra de chambre d’après A Lyrical Opera Made by Two de Gertrude Stein
- Ludovic Lagarde, dispositif scénique ; Thierry Coduys, régie son ; Christian Lacroix, costumes ; Sébastien Michaud, lumières
- Claron McFadden, soprano ; Claire Booth, soprano ; Anna Stephany, soprano ; Geoffrey Carey, récitant
- Ensemble InterContemporain : Emmanuelle Ophèle, flûte ; Jean-Jacques Gaudon, trompette ; Benny Sluchin, trombone ; Pierre Strauch, violoncelle ; Philippe Grauvogel, hautbois ; Laurent Bienvenu, clarinette en si bémol/clarinette basse ; Axel Bouchaux, contrebasse
- Alain Altinoglu, direction






Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 822139

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Opéra   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License