ClassiqueInfo.com




Nouvelle reprise des « Noces de Strehler » à l’Opéra Bastille

lundi 24 septembre 2012 par Hermine Ferrand
JPEG - 64.1 ko
Luca Pisaroni, Il Conte di Almaviva
© Opéra national de Paris/ Ch. Leiber

La célèbre production des Noces de Figaro de Giorgio Strehler avait retrouvé l’Opéra Bastille la saison dernière, après une éclipse de quelques années. La voici déjà de retour en ce début de saison, avec une distribution entièrement renouvelée : bonne idée, car les interprètes de cette reprise sont la meilleure raison de retourner voir ce spectacle.

On a entendu tant de mélomanes éplorés regretter, pendant l’ère de Gérard Mortier à l’Opéra de Paris, les légendaires Noces de Strehler, qu’elles en étaient presque devenues un mythe. Cette production est de retour pour de bon, et permet à une nouvelle génération de spectateurs de s’en faire sa propre opinion. Strehler disait, en 1973 : « Je ne crois pas au metteur en scène qui veut faire des choses éblouissantes ou étranges. Qu’il se contente de révéler les motivations claires et profondes de l’ouvrage ! ». Son travail peut en effet être qualifié de « fidèle » à la lettre de Da Ponte et à l’esprit de Mozart. Pas de transposition temporelle ni d’incohérences avec le texte. Le tout est exposé avec une grande limpidité (ce qui est loin d’être évident), avec intelligence et montre une vraie réflexion. Toutefois, si cette production peut être considérée comme une référence, elle n’en reste pas moins un point de vue parmi d’autres et ne saurait être une vision définitive. Visuellement parlant, l’ensemble est souvent froid (aspect sans doute renforcé par la salle de l’Opéra Bastille, alors que cette production a été pensée pour Garnier), dommage car Giorgio Strehler cherchait justement à mettre en valeur la sensualité des personnages. De plus, les éclairages façon clair-obscur semblent désormais être une bonne idée qui a fait son temps.

JPEG - 91.8 ko
Carlo Bosi, Don Basilio ; Camilla Tilling, Susanna ; Luca Pisaroni, Il Conte di Almaviva
© Opéra national de Paris/ Ch. Leiber

L’intérêt principal de cette reprise est la Susanna de Camilla Tilling. La soprano suédoise avait fait ses débuts dans le rôle il y a dix ans au festival d’Aix-en-Provence, où déjà son engagement était impressionnant. Elle revient ici avec les mêmes qualités, saisit le rôle à bras le corps, donne l’impression d’inventer chaque réplique au fur et à mesure, sans jamais laisser de côté la justesse et la propreté du chant. Son jeu scénique est également inventif et drôle. Luca Pisaroni, qui a abordé récemment le rôle du Comte, accède enfin aux personnages aristocratiques auxquels il est naturellement dédié, et soulève l’enthousiasme par son élégance et sa maîtrise parfaite de la tessiture.

JPEG - 83 ko
Anna Grevelius, Cherubino
© Opéra national de Paris/ Ch. Leiber

En Figaro, Alex Esposito s’amuse beaucoup et son enthousiasme est communicatif, avec là encore des moyens vocaux parfaitement adaptés au rôle. A l’inverse, Emma Bell en Comtesse évolue dans une autre catégorie de chanteurs : avec sa voix opulente, elle se fond difficilement dans les subtilités du rôle, révélant un vibrato trop présent et des problèmes de rythme. C’est pourtant elle qui recueillera les ovations, preuve qu’à l’opéra Bastille, le public attend autre chose que les délicatesses mozartiennes. La pléiade de seconds rôles est de bonne tenue, notamment le Cherubino d’Anna Grevelius et la Marcellina de Marie McLaughlin. Evelino Pido dirige quelque peu lourdement un orchestre de l’Opéra un rien brouillon.

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez lâ€â„¢insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse quâ€â„¢un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de lâ€â„¢auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, nâ€â„¢hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Paris
- Opéra Bastille
- 15 septembre 2012
- Wolfgang Amadeus Mozart (1756 - 1791), Le Nozze di Figaro
- Giorgio Strehler, mise en scène ; Jean Guizerix, chorégraphie ; Ezio Frigerio, décors ; Ezio Frigerio et Franca Squarciapino, costumes
- Luca Pisaroni, Il Conte di Almaviva ; Emma Bell, La Contessa di Almaviva ; Camilla Tilling, Susanna ; Alex Esposito, Figaro ; Anna Grevelius, Cherubino ; Marie McLaughlin, Marcellina ; Carlos Chausson, Bartolo ; Carlo Bosi, Don Basilio ; Antoine Normand, Don Curzio ; Zoe Nicolaidou, Barbarina ; Christian Tréguier, Antonio
- Choeur de l’Opéra National de Paris. Alessandro di Stefano, Chef du chœur
- Orchestre de l’Opéra National de Paris
- Evelino Pido, direction






Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 812797

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Opéra   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License