ClassiqueInfo.com




Noces à Saint Riquier

mercredi 23 juillet 2008 par Richard Letawe
JPEG - 203.8 ko
P.Guillaume / Vues d’ici

Le Festival de Saint Riquier a des envies d’opéra. Avant de monter une propre production la saison prochaine, il accueillait pour son concert de clôture la compagnie Diva Opera, qui venait interpréter les Noces de Figaro de Mozart.

Cette compagnie britannique propose des productions d’opéra « de poche », avec lesquelles il est facile de partir en tournée. Avec un décor léger, des costumes, un piano à la place de l’orchestre, on peut monter ces opéras à peu près partout à moindre frais, et le succès semble au rendez vous, puisque cette compagnie est de plus en plus demandée, en Grande Bretagne comme sur le continent.

Au vu de cette production, qui a emménagé dans la nef de l’Abbatiale, le succès n’est pas volé, car il n’y a pas de triche : la mise en scène est soignée, les décors sont légers, mais pas indigents, les costumes sont plutôt beaux, et la distributions est d’un niveau correct, comportant des chanteurs qui jouent souvent, et sont ainsi rompus à leur rôle. Pas de révélation scénique ni musicale, mais une vraie représentation lyrique, malgré l’absence d’orchestre ; autre chose que les merdes sonorisées dans les cours de châteaux, les jardins des assemblées ou les stades de football qui ont trop souvent cours.

JPEG - 220.3 ko
P.Guillaume / Vues d’ici

La soirée ne commence pourtant pas de la meilleure façon, car le début des Noces de Figaro met principalement en scène les chanteurs les moins à l’aise de la distribution. Matthew Hargreaves est un Figaro assez limité, sonore et juste, mais à la diction gutturale, aux phrasés manquant de style, et à l’émission peu naturelle. Il s’améliore au fil de la représentation, mais on reste toujours gêné par son débit trop rapide dans les récitatifs et par son manque de legato. La Susanna de Catriona Clark est assez éprouvante : une voix qui bouge énormément, un chant daté, qui flirte tout le temps avec les limites de la justesse, et un accent italien caricatural. Pour le moins, elle n’a pas grand-chose à faire dans ce rôle, auquel elle n’apporte pas beaucoup de présence physique non plus.

Tom Mc Veigh en Bartolo est plus réjouissant : le grave manque un peu d’ampleur, et la voix de projection, mais il ne cherche pas à forcer ses moyens, et donne un La vendetta tout à fait correct. Un bon Bartolo ne saurait cependant suffire à un premier acte des Noces, et l’enthousiasme retombe avec le Chérubin aigre et à court de souffle de Kala Maxym, qui ne cessera de détonner au long de la soirée. Heureusement entre le Comte de David Stephenson, qui mérite assurément une mention. Le timbre est beau et corsé, la voix est puissante, le chant est juste et élégant, et l’italien est excellent. On lui reprochera cependant une légère tendance à aboyer, et la très mauvaise habitude de tordre la bouche en chantant pour se donner de l’autorité et varier la couleur. S’il réglait ces petits problèmes, il pourrait assurément postuler pour des productions plus prestigieuses.

JPEG - 194.1 ko
P.Guillaume / Vues d’ici

Linda Richardson fait également partie des grandes satisfactions de la soirée : son timbre crémeux, la longueur de son souffle et ses manières vocales raffinées en font une comtesse de classe, qu’on aimerait entendre un tout petit peu plus animée dans les récitatifs. Pour le reste, rien à redire, un nom à retenir.

Il ne faudra pas non plus oublier la charmante Barbarina de Rebecca Hodgetts, qui chante très bien, et est une actrice pleine de vie, et le cauteleux Basilio de Kevin Jones, auquel on coupe malheureusement son air du IV. On peut d’ailleurs regretter que les coupures soient un peu trop drastiques dans les deux derniers actes, même si un tel opéra qui serait présenté en intégralité pourrait sembler parfois un peu long pour un public non habitué.

JPEG - 210 ko
P.Guillaume / Vues d’ici

Malgré les petits défauts de la distribution, la soirée, bien tenue par le fondateur de la compagnie Bryan Evans, infatigable au clavier, est assez réjouissante, car on assiste à un travail d’équipe, sans prétention, sincère et de grande qualité. Le public, encore une fois fort nombreux dans l’abbatiale, semble d’ailleurs conquis, et offre à la compagnie la plus belle ovation du festival. A la sortie, l’Orchestre de cuivres d’Amiens se lançait dans une fort belle exécution de l’ouverture des Noces, avant d’accompagner les danseurs et danseuses des Cavatines de Natalie van Parys, dans un grand bal de noces, auquel les spectateurs étaient ensuite conviés à prendre part. Une belle fin pour un festival de Saint Riquier de haut niveau, qui laissera d’excellents souvenirs à ceux qui l’ont suivi, pour son niveau musical et pour l’accueil très sympathique qu’il leur réserve.

JPEG - 191.6 ko
P.Guillaume / Vues d’ici

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez lâ€â„¢insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse quâ€â„¢un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de lâ€â„¢auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, nâ€â„¢hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Saint Riquier
- Abbatiale
- 19 juillet 2008
- Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791), Le Nozze di Figaro. Opéra en quatre actes sur un livret de Lorenzo Da Ponte
- Mise en scène, Wayne Morris ; Chorégraphie, Jenny Weston ; Scénographie, Nicola Jackson ; Décors, David Roger ; Costumes, Freya Pointer ; Répétitrice en italien, Fiona Murray
- Figao, Matthew Hargreaves ; Susanna, Catrion Clark ; Il Comte di Almaviva, David Stephenson ; La Comtessa di Almaviva, Linda Richardson ; Cherubino, Kala Maxym ; Barabrina, Rebecca Hodgetts ; Bartolo, Tom Mc Veigh ; Don Basilio, Don Curzio, Kevin Jones ; Marcellina, Kim-Marie Woodhouse ; Antonio, Daniel Howard
- Brian Evans, piano et direction






Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 830048

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Opéra   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License