ClassiqueInfo.com



Luberon 2011 : le Quatuor Rubens

vendredi 7 octobre 2011 par Gilles Charlassier

Au pays des ocres, il y a la blancheur sépulcrale de l’église de Roussillon. Ceux que l’orage n’a pas découragés ont été récompensés par un programme éclectique, donné par le quatuor Rubens.

De manière inhabituelle, c’est par une création que s’ouvre le concert, défiant la méfiance dont est auréolée la musique dite contemporaine auprès d’un public parfois frileux. Sarah Kapustin, premier violon, prend la parole pour nous introduire cette adaptation d’un motet de Josquin Des Prez, « Et David se lamenta », réalisée par Joey Roukens pour le Quatuor Rubens. L’inspiration austère du compositeur du quinzième siècle se retrouve dans la texture instrumentale tenant de la pavane. Si l’on a bien quelques transgressions et sons flûtés rappelant que nous sommes au vingt-et-unième siècle, l’intériorité des tutti et des tempi ancre l’imaginaire dans une époque préservée de l’hypertrophie égotique et rythmique.

Si le Quatuor opus 18 n°1 de Beethoven, se substituant au Quatuor n°8 initialement programmé, rend un hommage au maître Haydn, la vigueur du compositeur s’y montre sensible dans un humour à la fois plus robuste et versatile. La douceur de l’attaque initiale de l’Allegro con brio ne saurait faire illusion, l’énergie s’y révèle fort rapidement. L’Adagio affettuoso ed appassionato est une cantilène délicate très émouvante, baignée dans un halo de mélancolie tissé de manière convaincante par la formation néerlandaise. Après la carrure idiomatique du Scherzo qui annonce discrètement la fluidité de celui de la Symphonie n°3, l’Allegro final rayonne de décontraction amusée et de contrastes.

JPEG - 128.2 ko
Rubens Quartet
DR

Le Quatuor n°2 de Borodine est resté dans le répertoire pour son célèbre Notturno. La composition de la page est, il est vrai, idéale pour se graver dans la mémoire de l’auditeur. Le violoncelle initie avec une chaleur généreuse la mélodie à laquelle le premier violon répond de son babil langoureux, avant que le thème n’emprunte des visages apparentés. L’écriture répartit les deux pupitres à l’avant du discours, et confie le soutien au second violon et à l’alto. Cette hiérarchie semble convenir idéalement aux Rubens et au leadership de Sarah Kapustin. L’Allegro moderato initial met déjà en avant cette structure. Le Scherzo qui suit impressionne par le tournoiement de son premier thème, contrastant avec un trio plus lyrique. Le Finale, Andante puis Vivace piège aisément les interprètes par sa construction passablement relâchée. La relative apathie du public à la fin du mouvement trahit un vacillement prévisible dans la conviction.

En écho au Notturno qui précède, les Rubens jouent le mouvement lent du Quatuor américain de Dvořak. Comme par un effet de miroir, c’est le violoncelle qui donne la réplique au premier violon. L’intuition de la stratification des pupitres du romantisme slave se confirme ici dans son presque innéisme.

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez l’insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse qu’un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de l’auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, n’hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Roussillon
- Eglise
- 26 août 2011
- Josquin des Prez (1440-1521)/ Joey Roukens (né en 1982) « Et David se lamenta »
- Ludwig von Beethoven (1170-1827), Quatuor n°1 en fa majeur Op.18 n°1
- Alexandre Borodine (1833-1887), Quatuor n°2 en ré majeur
- Rubens Quartet : Sarah Kapustin, premier violon ; Tali Goldberg, second violon ; Roeland Jagers, alto ; Joachim Eijlander, violoncelle











Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 804251

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Musique de chambre   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.8 + AHUNTSIC

Creative Commons License