ClassiqueInfo.com




Les Noces de Figaro à l’Opéra du Rhin

dimanche 28 décembre 2008 par Dominique Joan
JPEG - 46.3 ko
Photo Alain Kaiser Opera national du Rhin 2008

La reprise des Noces de Figaro à l’Opéra du Rhin a de quoi ravir. Et pour cause, cette production originaire du Grand Théâtre de Genève, judicieusement mise en scène par Nicholas Hytner assisté pour l’occasion par Stephen Taylor a réservé des moments d’exception avec une distribution de tout premier choix, dans laquelle figuraient bon nombre d’habitués de l’Opéra du Rhin.

Les décors sont sobres, presque ternes, mais tirent parti d’une grande modularité, qui favorise un jeu animé et évite le piège d’une mise en scène statique. Au contraire, l’espace est occupé de façon clairvoyante et les perspectives forcées des intérieurs ajoutent un dynamisme aux progressions des différents personnages. Le style se veut résolument classique et français, et l’accent est mis sur la dimension domestique de l’action. Point d’exubérance donc, point d’exotisme, mais simplement un cadre propice à développer dans leur contexte historique les différents faits, encore que ceux-ci soient en certains points avant-gardistes, comme l’émergence de la conscience féminine face à une gent masculine qui n’est pas représentée sous son meilleur jour.

Le couple Susanna/Figaro s’est montré réellement délectable. La soprane Sophie Karthäuser incarne une Susanna [1] pleine de tendresse et d’humour, tout en mettant à contribution une diction et une mise en place irréprochables. On avait déjà pu la découvrir en 2007 en Ilia dans Idomeneo, et l’on retiendra ce soir sa performance remarquable qui lui confère toutes les qualités de mozartienne que demande ce rôle exigeant, tant elle transmet cette musique comme une évidence, avec beaucoup de charme et de simplicité et une maîtrise vocale assortie d’une justesse de l’interprétation admirables.
Une autre retrouvaille de l’Opéra du Rhin est le baryton David Bizic [2] qui complète ce duo pétillant. En Figaro robuste et énergique, il sait trouver le ton juste lorsque son personnage se trouve pris malgré lui dans les intrigues successives. Le jeu est vivant et la voix généreuse et assurée.

Le baryton Ludovic Tézier, également connu du public alsacien, se montre à la hauteur de son rôle central du comte Almaviva, où il sait habilement jouer sur un registre à mi-chemin entre le charismatique séducteur de Don Giovanni et le galant gentilhomme du Barbier de Séville.

Pour sa prise de rôle en Comtesse, la soprano Nuccia Focile fait une entrée remarquée dans le second acte où elle exprime avec un saisissant réalisme la mélancolie d’une femme de haut rang qui voit poindre son déclin, bien loin de la Rosina du Barbier de Séville et préfigurant en cela plus d’un siècle avant la Maréchale du Chevalier à la Rose. Pour autant, elle parvient à insuffler à son personnage le soupçon de fébrilité qui l’anime dans les vaudevillesques scènes suivantes, où elle apporte une juvénile fraîcheur à son rôle statutaire, tout en préservant une certaine noblesse. Seul reproche, un vibrato un peu excessif qui a tendance à s’épancher dans les aigus.

JPEG - 38.4 ko
Photo Alain Kaiser Opera national du Rhin 2008

La mezzo Valentina Kutzarova, en Chérubin sautillant et en pleine découverte de ses sens, apporte au rôle un timbre rafraîchissant qui lui sied particulièrement bien. Du reste de la distribution, on notera une belle interprétation de Marcellina par Jeannette Fischer qui se montre aigre et pédante à souhait dans le premier acte avant de retrouver une douceur plus maternelle lorsque dans le troisième acte, elle retrouve fils et mari. La basse René Schirrer en Bartolo est quant à lui un peu moins convaincant et peine à accorder son mouvement avec celui de l’orchestre (La Vendetta, Acte I). Loïc Félix incarne quant à lui un Don Basilio qui mise essentiellement sur l’humour, et d’une belle manière certes, mais on l’aurait souhaité vocalement un peu plus présent.

Tout au long de l’opéra, l’orchestre a répondu présent à l’implication notable du maestro Roland Böer, qui assurait également le pianoforte dans les récitatifs, exercice stimulant mais périlleux, qui lui a d’ailleurs valu quelques ratés, sans conséquences toutefois, d’autant plus que les réalisations étaient globalement plus qu’honorables. A la direction, il s’est en outre distingué par son énergie et sa franchise, notamment dans ses choix de tempi. Gageons que ce chef qui a été maître de chapelle à l’opéra de Francfort ces sept dernières années où il y a fait ses débuts et qui compte déjà un répertoire vaste et éclectique saura trouver une place de choix sur la scène lyrique française et européenne.

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez lâ€â„¢insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse quâ€â„¢un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de lâ€â„¢auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, nâ€â„¢hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Strasbourg
- Opéra du Rhin
- 22 décembre 2008
- Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791), Le Nozze di Figaro
- Mise en scène, Nicholas Hytner ; reprise par Stephen Taylor ; Décors et costumes, Maria Bjornson ; lumières, Simon Trottet
- Il Conte Almaviva, Ludovic Tézier ; La Contessa Almaviva, Nuccia Focile ; Susanna, Sophie Karthäuser ; Figaro, David Bizic ; Cherubino, Valentina Kutzarova ; Bartolo, René Schirrer ; Don Basilio , Loïc Félix ; Don Curzio, Michel Lecomte ; Antonio, Alain Domi ; Barbarina, Anaïs Mahikian ; Deux jeunes filles, Karine Bergamelli, Dilan Ayata-Benet
- Chœurs de l’Opéra national du Rhin
- Orchestre philharmonique de Strasbourg
- Roland Boër, direction

[1Sophie Karthäuser débute dans ce rôle en 2005 à l’Opéra de Lyon. On l’a entendue également au Grand Théâtre de Luxembourg

[2Oedipus Rex et le Rossignol en 2007






Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 831261

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Opéra   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License