ClassiqueInfo.com




Les Jardins de courtoisie à Saintes

jeudi 17 juillet 2008 par Benoît Donnet
JPEG - 25.1 ko
DR

Programme un peu particulier ce soir à l’Abbaye aux Dames : on pouvait y découvrir une frange du répertoire négligée et pourtant passionnante, la musique profane vocale du XIIIè siècle. On a pu entendre ici un recueil de chansons signées par des noms aussi exotiques que Guiot de Provins, Gace Brulé ou Adam de la Halle, le tout interprété par les Jardins de Courtoisie, supervisés par la soprano Anne Delafosse-Quentin.

Les pièces découvertes ce soir étaient des chansons, écrites par des compositeurs aux noms inconnus, mais au talent bien réel : Adam de la Halle, Brulé, Provins et Le Châtelain de Courcy. Quelques mots sur ces œuvres méconnues : il s’agit de morceaux généralement brefs, écrits pour voix de soprano, et accompagnement instrumental varié, incluant une vielle à archet, un luth, un cistre, une flûte à bec et des percussions. Ce qui frappe d’abord ici, c’est l’extrême richesse de la ligne vocale, d’une densité d’ornements et de coloratures assez extraordinaire ; d’autre part, on peut s’étonner de la variété des procédés compositionnels mis en œuvres dans ces pièces, et qui incluent divers degrés d’instrumentation, de la voix a cappella à l’interlude instrumental polyphonique d’une grande densité d’écriture. Les textes utilisés parlent d’amour avec poésie et lyrisme. Voilà des œuvres variées et intéressantes qu’il est très enthousiasmant de pouvoir entendre en concert, d’autant que les interprètes ont su convaincre ce soir.

Les Jardins de Courtoisie, qui avaient la charge de défendre cette musique médiévale un peu oubliée devant le public saintais, expliquent dans le document distribué aux spectateurs leur démarche musicologique : il ne s’agit pas de reconstituer comme une pièce de musée ces pièces telles qu’elles étaient jouées au XIIIè siècle, ce qui serait une impasse, étant donné l’insuffisance de la notation d’époque. En fait, les interprètes ont cherché – et réussi – à associer respect du texte et inventivité, de sorte que leur lecture de ces pièces anciennes est parlante pour le public, qui se montre d’ailleurs, à l’issue de la représentation, comblé. La qualité musicale de la prestation a été exceptionnelle : on saluera le travail irréprochable des quatre instrumentistes mis à l’œuvre, Baptiste Romain, à la vielle, Marc Bellity, au luth, Gwénaël Bihan, à la flûte et l’excellent Patrick Bernatene aux percussions, mais la vedette était bien sûr la géniale soprano Anne Delafosse-Quentin, dont la performance a été proprement éblouissante, par la maîtrise absolue et peut-être insurpassable de sa ligne mélodique, sa justesse – à la fois technique et musicale – et son timbre parfait, au vibrato idéalement dosé. Elle est en particulier digne de louanges pour sa domination du texte dans les pièces, toujours très difficiles, jouées a cappella.

Un concert exceptionnel, à la fois par son programme, rare et passionnant, et son aboutissement interprétatif qui laisse vraiment peu de place à la critique.

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez lâ€â„¢insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse quâ€â„¢un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de lâ€â„¢auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, nâ€â„¢hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Saintes
- Abbaye aux Dames
- 15 juillet 2008
- Guiot de Provins (fin XIIIè siècle), « Ma joie premeraine » ; Le Châtelain de Coucy (fin XIIIè siècle), « A vous amant plus qu’à nulle autre gent » ; Gace Brulé (1159-1212), « Biaus m’est estez, quant retentist la bruille » ; Adam de la Halle (fin XIIIè siècle), 12 Chansons
- Les Jardins de Courtoisie : Baptiste Romain, vieille à archet ; Marc Bellity, luth et cistre ; Gwenaël Bihan, flûte ; Patrick Bernatene, percussion
- Anne Delafosse-Quentin, soprano et direction






Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 823072

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Musique ancienne   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License