ClassiqueInfo.com




Les Etés de la danse de Paris : Le Lac des Cygnes par le Ballet de Novossibirsk

dimanche 18 juillet 2010 par Hermine Ferrand
JPEG - 73.6 ko
DR

Pour sa sixième édition, le festival parisien Les Etés de la danse accueille le Ballet de Novossibirsk pour un mois dédié à Balanchine, puis aux classiques russes, Le Lac des cygnes et la Bayadère.

Fort de ses cent danseurs, le Ballet de Novossibirsk est la troisième compagnie du pays en terme d’effectifs (après le Bolchoï de Moscou et le Mariinski de Saint-Petersbourg). Cette troupe récente (créée en 1945) est dirigée depuis 2006 par le dynamique Igor Zelensky, ancienne étoile du Kirov passée par le New York City Ballet. Au cœur de cette tournée, la compagnie présente sa toute nouvelle production du Lac des cygnes, dans laquelle s’illustrent les étoiles maison mais également des solistes internationaux venus renforcer les troupes pour l’occasion.

Une version fidèle à la tradition

Le balletomane ne sera pas dépaysé par cette nouvelle production dont les décors et costumes rappellent les productions du Kirov par un certain pragmatisme bienvenu au vu de ce que l’on peut voir actuellement sur d’autres scènes. Sans pour autant être surchargée (une toile de fond par acte et seulement quelques éléments de décor), la scénographie illustre l’opposition de deux mondes : la cour moyenâgeuse et bigarrée et les rives du lac, sorte d’ « Ile des morts ».

Du point de vue musical, on déplorera les nombreuses coupes dans la partition, survenant aux moments clés du drame : l’entrée d’Odette, le final du III, et surtout, la danse lente des cygnes qui ouvre le dernier acte, qui elle, a entièrement disparu… Ceci est d’autant plus regrettable que l’Orchestre National d’Ile de France et son chef Evgueny Volinsky ont offert une prestation magistrale et totalement envoûtante, en dépit de quelques accrocs sans conséquence. On a rarement l’occasion de voir le ballet si bien accompagné. Par ailleurs, les tempi sont respectés (c’est devenu suffisamment rare pour qu’on le signale), et le spectacle y gagne en dynamisme.

JPEG - 83.2 ko
DR

En ce qui concerne les danseurs, on appréciera la jeunesse, l’homogénéité de style et le ballon du corps de ballet. Les deux héros, Natalia Ershova et Ivan Kuznetsov, ont en commun une sérénité dans leur danse qui se traduit par des ports de bras lents et maîtrisés. Ceci est remarquable notamment dans la variation du Prince au premier acte, variation qui donne de l’épaisseur au personnage en soulignant sa mélancolie, mais qui met parfois son interprète en difficulté de par son extrême lenteur. Natalia Ershova, au physique idéal, fait preuve de finesse et d’intériorité dans le rôle du cygne. On déplorera cependant qu’elle cède à la mode des attitudes tellement hautes qu’elles s’alignent presque sur la jambe de terre. Le dos et le cou de la danseuse s’en trouvent bloqués, ce qui est regrettable dans un ballet où l’on attend un extrême lyrisme du haut du corps, surtout venant d’une compagnie russe. Cependant, il semble que cette sobriété des ports de bras ait été appliquée à tout le corps de ballet, avec en contrepartie un réel travail de l’aspect animal des personnages mis en scène : buste bombé et tête droite, évoquant le profil d’un cygne. Les bras des danseuses lissant leurs « plumes » sont d’autant plus précis.

Les deux interprètes principaux sont engagés, mais l’émotion peine à venir. Il faut dire que les interprètes ne sont pas aidés par des éclairages très clairs dans les actes blancs, là où l’on attend une pénombre bleutée.

Enfin, parmi les grands éléments de satisfaction, on signalera les excellents interprètes du pas de trois du premier acte : l’espiègle et aérienne Vera Sabantseva, la précise Anna Odintsova et le superbe Semyon Velichko, prince en puissance. Dans le rôle du bouffon, Sergey Kalmykov se taille un beau succès.

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez lâ€â„¢insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse quâ€â„¢un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de lâ€â„¢auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, nâ€â„¢hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Paris
- Théâtre du Châtelet
- 14 juillet 2010
- Piotr Ilytch Tchaïkovski (1840-1893), Le Lac des cygnes. Version en 4 actes (nouvelle production)
- Chorégraphie, Marius Petipa et Lev Ivanov (révision Igor Zelensky)
- Décors et costumes, Luisa Spinatelli
- Ballet de Novossibirsk
- Natalia Ershova, Odette/Odile ; Ivan Kuznetsov, Siegfried ; Mikhail Lifentsev, von Rothbart ; Sergey Kalmykov, le Bouffon ; Yulia Kutnyakova, la Reine Mère
- Orchestre National d’Ile de France
- Evgueny Volinsky, direction






Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 810797

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Danse   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License