ClassiqueInfo.com



Le Quatuor Belcea, de l’engagement, et après ?

mardi 16 juin 2009 par Carlos Tinoco
JPEG - 20.4 ko
Quatuor Belcea
© Sheila Rock

Au programme du quatuor Belcea l’autre soir aux Bouffes du Nord : la Jeune fille et la mort de Schubert et le Quatuor n° 2 op. 59 « Razumovsky » de Beethoven. Pas vraiment des œuvres inconnues et une prise de risque conséquente. Il fallait avoir de l’audace pour enchaîner ces deux monuments de la littérature pour quatuor et les Belcea n’en manquent pas. Pas plus que de fougue et d’intention.

La Jeune fille et la mort a été attaquée crânement, avec vigueur et sans dramatisation excessive. Rien de viennois dans cette interprétation très tendue, c’est un Schubert plus classique que romantique qu’ils nous ont fait entendre, mais d’un clacissisme âpre. Les tempos sont serrés et tenus avec poigne. Leur lecture de ce quatuor ne s’autorise aucune liberté agogique, et évite du coup le pathos facile. Pourtant, si elle rend implacable le mouvement d’ensemble, elle ne nous fait pas sentir qu’à chaque instant nous sommes au bord du gouffre. Et comme aucune surprise ne vient non plus du côté des phrasés ou des sonorités (assez neutres dans l’ensemble), nous avons l’impression d’assister à un déroulement que, malheureusement pour les Belcea, nous connaissons trop. Ce jeu a du caractère mais a-t-il de la personnalité ?

L’impression est la même pour le quatuor de Beethoven. Le lyrisme de cette partition s’accommode mal de ce choix interprétatif : le deuxième mouvement en devient transparent et le troisième semble se disloquer sous les reprises accentuées toujours de la même manière. Evidemment le finale convient beaucoup mieux aux qualités des Belcea et leur ardeur fait mouche dans cette fuite précipitée qui conclut le concert.

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez l’insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse qu’un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de l’auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, n’hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Paris
- Théâtre des Bouffes du Nord
- 08 juin 2009
- Franz Schubert (1797-1828), Quatuor n°14 en ré mineur D810 « La jeune fille et la mort ».
- Ludwig Van Beethoven (1770-1827), Quatuor n°8 en mi mineur Op.59 n°2 « Razumovsky »
- Quatuor Belcea











Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 805156

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Musique de chambre   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.8 + AHUNTSIC

Creative Commons License