ClassiqueInfo.com




Le Poème Harmonique brille d’Espagne en Italie : Carnaval baroque

jeudi 23 décembre 2010 par Philippe Houbert
GIF - 40.3 ko
© Christian Ganet

Quelques jours après son concert « espagnol » de Versailles, le Poème Harmonique était de retour à l’Opéra-comique pour la reprise de son célèbre Carnaval baroque.

Ambiance toute différente pour ce Carnaval baroque, spectacle créé au Théâtre des Célestins de Lyon il y a cinq ans et immédiatement repris à la Cité de la musique où nous l’avions déjà apprécié. Spectacle conçu par Vincent Dumestre et la chorégraphe Cécile Roussat et qui, plus qu’une reconstitution improbable d’un carnaval romain peu avant 1700, vu le peu de sources historiques disponibles, veut proposer une mise en espace d’un éventail de pièces musicales savantes du dix-septième siècle italien et d’un certain nombre de saynètes telles qu’elles pouvaient être données sur une place romaine durant cette période folle que constituait celle du carnaval à l’époque baroque.

GIF - 111.4 ko
© Christian Ganet

Côté jardin, nous avons donc un ensemble de musiciens conduit par Vincent Dumestre qui, des pièces populaires de Maletti à celles de Fasolo déjà bien connues au disque, va nous conduire à l’un des innombrables « pasticci » d’œuvres sérieuses dont la musique de l’époque était friande, en l’occurrence le Lamento della Ninfa de Monteverdi transformé par Lattarico en Lamento del Naso, la « poverella » du divin Claudio accédant au statut de « vecchierella » et le nez de la dame devenant objet de dérision.
Sur le reste de l’espace scénique, le spectacle nous propose de restituer l’ambiance d’une de ces places qui font le charme de la cité papale, cette piazza étant traversée de divers chars qui deviennent autant de scènes dans la scène. Les scènes où la commedia dell’arte trouve toute sa place sont aussi l’occasion de numéros d’acrobates et de jongleurs de toute beauté et qui, au-delà de la performance physique indéniable, privilégient le caractère onirique et l’esprit carnavalesque où il est dit que les frontières sociales s’estompaient.

GIF - 119 ko
© Christian Ganet

Il est évidemment impossible de décrire un spectacle aussi purement visuel. On peut juste dire que, en regard de la représentation donnée à la Cité de la musique, ce Carnaval a beaucoup gagné en fluidité, bénéficiant d’un lieu scénique absolument idéal. Le rythme est parfait, les scènes s’enchaînant naturellement et les quatre-vingt dix minutes passent comme dans un rêve. Tous les acteurs de cette merveille semblent touchés par la grâce et, puisque nous sommes sur un site musical, il convient de mettre particulièrement en exergue le quatuor vocal, avec l’hilarante dame incarnée par Bruno Le Levreur et le trio masculin dominé par le formidable Serge Goubioud.
Un spectacle de période de fêtes mais à voir à tout moment de l’année.

Pour se rendre compte de ce que peut être ce spectacle, voici le lien avec un reportage tourné au San Carlo de Naples lors que ce Carnaval romain y fut donné.

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez lâ€â„¢insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse quâ€â„¢un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de lâ€â„¢auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, nâ€â„¢hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Paris
- Opéra-comique
- 22 décembre 2010
- Carnaval baroque : arts du cirque, musiques et danses à Rome au XVIIème siècle
- Conception et direction artistique, Vincent Dumestre ; Mise en scène et chorégraphie, Cécile Roussat ; Costumes, Chantal Rousseau ; Scénographie, François Destors ; Lumières, Christophe Naillet ; Maquillage, Mathilde Benmoussa ; Masques, Julie Coffinières ; Collaboration artistique, Julien Lubek
- Le Poème Harmonique : Bruno Le Levreur, alto ; Serge Goubioud et Hugues Primard, ténors ; Arnaud Marzorati, basse
- Mimes, acrobates, guitares : Stefano Amori et Julien Lubek ; acrobates : Ahmed Said, Olivier Landre, Quentin Bancel, Antoine Hélou, Rocco Le Flem
- Violon, Johannes Frisch ; cornet, Emmanuel Mure ; basson et flûtes, Mélanie Flahaut ; basse de viole, lirone, tamburella, Lucas Peres ; violone et flûte, Martin Bauer ; percussions, Michèle Claude ; guitare baroque et théorbe, Vincent Dumestre






Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 829995

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Musique d’ensemble   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License