ClassiqueInfo.com




Le Doelenkwartet en ouverture de l’Eté musical de Roisin

dimanche 24 août 2008 par Richard Letawe

L’Eté Musical de Roisin se tient chaque année depuis près de vingt cinq ans les deux derniers week-end du mois d’Août, dans ce petit village rural, situé sur la frontière française, entre Valenciennes, Mons et Maubeuge. Le festival a une réputation d’éclectisme et d’originalité, et fait régulièrement confiance à de jeunes ensembles, dont on reparle plus tard,… Cette année encore, la programmation sort résolument des sentiers battus ; le concert inaugural en est déjà la preuve, mêlant Sweelinck, Webern, Vaute et Schubert.

La formation invitée ce soir à Roisin est le Doelenkwartet, qui tire son nom de la principale salle de concert de Rotterdam, de Doelen. Son primarius Frank de Groot est d’ailleurs chef de pupitre des seconds violons au Rotterdams Philharmonisch Orkest. Le Doelenkwartet est un ensemble très actif, qui revient d’une tournée de quinze jours au Costa Rica, et accorde une grande importance à la musique actuelle. Sa discographie, consacrée à Rihm, et à de nombreux compositeurs contemporains hollandais en témoigne.

La première œuvre de la soirée est l’arrangement pour quatuor à cordes de la Fantaisie chromatique de Sweelinck par Bernhard van den Sygtenhorst-Meyer. Le Doelenkwartet y montre de belles qualités d’intonation, et un jeu puissant, aux accents tranchés et à la rythmique rigoureuse.

N’était un violoncelle un peu prudent, au jeu manquant de caractère et de puissance, la lecture du Quatuor en ré mineur de Webern serait idéale. L’engagement et le sérieux des Doelen y sont admirables, mais cette sévérité peut aussi laisser la place à un jeu chaleureux, aux sonorités assez séduisantes, et certains passages de la dernière partie sont d’une poésie radieuse.

La dernière œuvre jouée avant la pause permet de rendre hommage à Maurice Vaute, compositeur né à Roisin. Professeur à Mons, Maurice Vaute a laissé un catalogue assez important et diversifié d’œuvres dont beaucoup ont été diffusées par la radio belge. Vers la fin de sa vie, il commence à écrire de la musique atonale.
« Stances d’aujourd’hui », datant de 1974, est une œuvre dodécaphonique en quatre mouvements, exploitant tous le même thème. Ce quatuor primesautier est écrit dans un style vif et direct, à la poésie légère, et se révèle très séduisant, par sa fraîcheur, ses rythmes enjoués et ses couleurs franches. Visiblement convaincus par cette musique, les musiciens du Doelenkwartet s’en donnent à cœur joie. Cette exécution est donc mieux qu’un hommage obligé au musicien local, mais la véritable découverte d’un compositeur talentueux.

Le Quatuor « La jeune fille et la mort » de Schubert occupe la seconde partie de ce concert. Les Doelen y font preuve de leur engagement coutumier et de leur cohésion ; énergiques, tendus, ils traduisent magnifiquement la douleur et le dramatisme de l’œuvre, mais leur lecture âpre manque parfois un peu d’abandon et d’un certain relâchement. Les sonorités sont un peu rêches, le premier violon est très expressif, mais ne contrôle pas toujours parfaitement l’intonation, et les phrasés pourraient être plus souples. On retient un premier mouvement éruptif, à l’émotion sincère, et un finale au tempo très vif, à l’énergie communicative. Le mouvement le plus contestable est le troisième, dont le trio, aride et agressif, est bien loin de l’idéal.

Fort applaudis pour leur belle prestation, les Doelen offrent un bis venu du Costa Rica au public : une chanson populaire arrangée par Julio Mata, qu’ils exécutent dans leur style rythmé et tranchant habituel.

L’Eté musical de Roisin fera appel pour ses trois prochains concerts à des ensembles belges : le Concert Bourgeois, basé à Mons, dans des cantates et motets de Gossec, Hamal et Mathurin, l’Ensemble Solstice dans Hummel, puis Vox Luminis, dont nous avons déjà parlé, dans Scarlatti et Carissimi.

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez lâ€â„¢insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse quâ€â„¢un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de lâ€â„¢auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, nâ€â„¢hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Roisin
- Eglise Saint Brice
- 23 août 2008
- Jan Pieterszoon Sweelinck (1565-1621), Fantaisie chromatique, arrangement pour quatuor à cordes de Bernhard van den Sygtenhorst-Meyer (1928) ; Anton Webern (1883-1945), Quatuor à cordes en ré mineur (1905) ; Maurice Vaute (1913-2000), « Stances d’aujourd’hui » ; Franz Schubert (1797-1828), Quatuor à cordes en ré mineur « La jeune fille et la mort » D.810
- Doelenkwartet ; Frank de Groot, Maartje Kraan, violon ; Karin Dolman, alto ; Hans Woudenberg, violoncelle






Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 836604

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Musique de chambre   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License