ClassiqueInfo.com




La Dynamitskaja de retour au SOV

lundi 23 mars 2009 par Richard Letawe
JPEG - 12.6 ko
Patricia Kopatchinskaja
© Marco Borggreve

Malgré un horaire bien peu propice, le dimanche à 20h, ce concert du SOV se tient devant une audience honorable, remplissant presque le parterre du Palais des Beaux Arts.

La soirée commence assez difficilement, avec un prélude à l’après-midi d’un faune raide et scolaire, ouvert par des bois qui jouent platement, note à note, sans douceur et sans esprit. Un tel départ, froid et inexpressif plombe toute la suite, qui n’arrive jamais à intéresser, à séduire ou à stimuler l’imagination. Pourtant, les cordes du SOV sont ce soir en grande forme, subtiles, élégantes et lumineuses, menées par un excellent Jo Vercruysse, elles auraient mérité une meilleure réponse des autres pupitres, et une conduite moins mécanique, plus sensuelle de la part du chef.

Deux ans après un concerto de Sibelius passionné mais contestable, Patricia Kopatchinskaja est de retour au SOV, cette fois avec une rareté, le concerto pour violon n°2 de Szymanowski. Egale à elle-même, la violoniste empoigne ce concerto avec une vigueur farouche, investit chaque note avec une force et une intensité rares. Son jeu est juste, brillant et coloré, flamboyant dans la cadence centrale, joyeux et joliment articulé au début de la partie allegramente. Un peu nerveuse parfois, elle pourrait mieux exploiter quelques passages de la première partie, où son chant manque un peu de chaleur et d’abandon, mais la verve rythmique et populaire de ce superbe concerto est rendue avec toute l’âpreté et la saveur requises. L’entente avec l’orchestre est tout à fait satisfaisante, quoique les cuivres pourraient avoir un peu plus de présence, en particulier dans la partie finale. Très beau bis pour clôre cette partie : Balada si joc de Lygeti, pour deux violons, dans lequel Jo Vercruysse se montre à la hauteur de sa partenaire.

Pour terminer, les Tableaux d’une exposition dans l’orchestration de Maurice Ravel. Etienne Siebens en donne une lecture assez jouissive, vive et brillante, aux phrasés mordants, aux tempi rigoureux, sans lourdeur et sans contre sens. Très motivé, l’orchestre réalise une prestation de bon niveau, offrant des tutti bien équilibrés et richement colorés. Comme dans Debussy, les cordes, au jeu puissant et homogène, sont très à leur avantage, alors que les autres pupitres sont corrects, mais plus anonymes.

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez lâ€â„¢insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse quâ€â„¢un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de lâ€â„¢auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, nâ€â„¢hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Bruxelles
- Palais des Beaux Arts
- 08 mars 2009
- Claude Debussy (1862-1918), Prélude à l’après-midi d’un faune
- Karol Szymanowski (1882-1937), Concert pour violon n°2 Op.61
- Modest Mussorgsky (1839-1881), Tableaux d’une Exposition, orchestration de Maurice Ravel
- Patricia Kopatchinskaja, violon
- SymfonieOrkest Vlaanderen
- Etienne Siebens, direction






Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 829903

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Musique symphonique   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License