ClassiqueInfo.com




L’Orchestre baroque de Venise triomphe au Victoria Hall

lundi 3 mars 2008 par Fernand Bretton
JPEG - 8.4 ko
Giuliano Carmigiola
©Kasskara/Dg

Grâce aux « concerts-club » du service culturel Migros de Genève, ce fut la fête du violon baroque italien au Victoria Hall ce soir, avec Giuliano Carmignola et l’Orchestre Baroque de Venise, créé il y a tout juste un peu plus de dix ans, en 1997, par Andréa Marcon, qui le dirige du clavecin.

Rêvons que les musiciens jouent costumés dans les atours si colorés et ensoleillés que l’on admire au carnaval de Venise : la fête des yeux rejoindrait avec bonheur celle des oreilles ! Mais peut être l’aisance nécessaire aux instrumentistes en pâtirait-elle ? Cependant des tenues de concert un peu plus fantaisistes et colorées seraient plus en adéquation, pour ce type de concert, que les stricts costumes et ensembles noirs ou gris.

Mais « l’habit ne fait pas le moine », et les musiciens de Venise nous l’ont bien vite rappelé dans les quatre « concertos » qui composaient une première partie où en définitive, seul le concerto d’Albinoni mettait en valeur le premier violon de l’orchestre pour quelques interventions solistes. Si les Italiens n’ont pas été les pionniers de la redécouverte de cette musique, jouée sur instruments d’époque ou sur des copies, mais surtout avec la souplesse et les phrasés la mettant merveilleusement en valeur, ils se sont bien rattrapés avec plusieurs ensembles de haute qualité dont celui de Venise est l’un des fleurons. Ils ont en tout cas échappé aux tâtonnements des débuts, avec des orchestres à la sonorité quelques fois une peu verte, voire acide, et qui a pu en détourner nombre de mélomanes. Souhaitons à ces mélomanes de découvrir des ensembles comme celui de Venise, dont la chaleur et la beauté du son, n’ont plus rien à envier à celles des orchestres « modernes ».

Giuliano Carmignola est considéré comme une star du violon dans ce type de répertoire depuis quelques années, bien qu’il joue aussi les grands concertos romantiques et modernes. Dès le concerto pour violon et violoncelle de Vivaldi, l’un des deux écrits pour cette formation par le compositeur, le violon de Carmignola confirme que sa légende n’est pas un mythe. Quelle sonorité, quelle fluidité dans la virtuosité des premier et troisième mouvements, et quelle suavité dans l’adagio, véritable duo d’amour avec le violoncelle de Francesco Galligioni, qui n’est pas en reste.

La suite du concert est sans aucune faiblesse, avec un concerto de Locatelli où brillent les deux capriccio, telles d’immenses cadences aux effets pyrotechniques époustouflants, avec de longues ascensions dans l’extrême aigu, (qui probablement n’étaient pas inconnues de Ralph Vaughan Williams lorsqu’il composa « The Lark Ascending »), mélange de virtuosité inouïe et de poésie indicible.
Après les concertos RV 278 de Vivaldi, et le D.96 de Tartini (célèbre pour sa sonate « Les trilles du Diable », Carmignola nous gratifie de deux bis : un autre adagio d’un concerto pour violon de Vivaldi (difficile à identifier parmi les quelques 250 qu’il composa !), et le finale de l’été des quatre saisons, orage encore plus fulgurant que dans ses deux enregistrements, qui déclencha une ovation bien méritée !

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez lâ€â„¢insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse quâ€â„¢un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de lâ€â„¢auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, nâ€â„¢hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Genève
- Victoria Hall
- 28 février 2008
- Antonio Vivaldi (1678-1741), Sinfonia en ré mineur de l’opéra Il Giustino RV 717, Concerto pour cordes RV 157, Concerto pour violon et violoncelle en Si majeur RV 547, Concerto pour violon RV 278 ; Tomaso Albinoni (1671-1751), Concerto pour violon Op.5 n°5 ; Baldassare Galuppi (1706-1785), Concerto a quattro en Sol majeur ; Pietro Locatelli (1695-1764), Concerto pour violon n° 1 Op.3 ; Giuseppe Tartini (1692-1770), Concerto pour violon D.96
- Giuliano Carmignola violon
- Orchestre Baroque de Venise
- Andrea Marcon, direction et Clavecin





Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 812597

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Musique de chambre   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License