ClassiqueInfo.com




L’ONL dirigé par Roberto Rizzi Brignoli

jeudi 24 novembre 2011 par Richard Letawe
JPEG - 36.9 ko
Roberto Rizzi Brignoli
Ugo Ponte © o.n.l.

La saison de l’ONL se poursuit, toujours au Casion Barrière par ce concert au programme relativement court mais au contenu varié, dirigé par Roberto Rizzi Brignoli, qui avait déjà mené l’orchestre la saison dernière dans la production de Macbeth de l’Opéra de Lille.

Un concert qui débute par la version pour orchestre de Crisantemi de Puccini. Avouons que nous préférons cette œuvre dans sa version originelle pour quatuor à cordes, mais le chef défend cette mouture avec conviction, évitant toute lourdeur ; après un début légèrement figé, la suite est d’une fluidité remarquable, et il tire des cordes de l’ONL des textures d’une superbe transparence. Tirons notre chapeau au pupitre des violoncelles, uni dans le jeu comme dans la sonorité.

Quelques instruments à vent prennent place sur scène, l’effectif des cordes est quelque peu élagué, et le concert peut reprendre avec le Concerto pour flûte et harpe de Mozart, pour lequel sont mobilisées Anne Le Roy, harpiste de l’ONL, et Marina Chamot-Leguay, qui est soliste de l’Ensemble Orchestral de Paris.

L’accompagnement orchestral du concerto fait craindre dans le premier mouvement d’entendre un Mozart à la papa, sympathique et bonhomme, mais très placide, un peu lourd et sans imagination. Cette impression se dissipe cependant dans le mouvement lent, mené à un tempo plutôt soutenu, qui empêche tout affadissement de la poésie dans une rêverie trop langoureuse. De même, le final est joué avec délicatesse mais aussi avec une énergie et une tension qui évitent les poncifs sans faille. Du côté des solistes, le constat est également très positif : Anne Le Roy apporte au concerto sa musicalité irréprochable et complète fort bien une flûtiste qui n’a peut-être pas la sonorité la plus raffinée du monde, mais qui montre à chacune de ses interventions un sens très sûr du phrasé et de la progression du discours musical.

JPEG - 99.8 ko
Marina Chamot-Leguay, flûte ; Anne Le Roy, harpe
Ugo Ponte © o.n.l.

Après ce concerto classique, on revient pour la dernière œuvre du programme à la fin du XIXème siècle avec la Symphonie n°4 de Tchaïkovski, dans une version intéressante, mais qui n’est pas sans poser certaines questions. Roberto Rizzi Brignoli semble en effet considérer cette partition avec une attitude détachée, sans se préoccuper outre mesure de son contenu psychologique pourtant largement expliqué par son auteur. La tradition pousse peut-être parfois les interprètes de cette symphonie à appuyer un peu trop sur son pessimisme, et il est heureux d’en entendre une version moins neurasthénique qu’à l’habitude, mais les deux mouvements extrêmes nous auront tout de même semblé ici un rien trop légers, et un peu trop neutres d’expression. Roberto Rizzi Brignoli s’affirme cependant comme un chef de valeur, à la battue toujours précise et élégante, qui donne des ailes à l’orchestre qu’il dirige. Sa conduite des mouvements centraux est un modèle d’intelligence et de nuances des phrasés, et le final est d’une vitalité et d’un tranchant à toute épreuve. Tout aussi remarquable est la finesse des dosages entre les pupitres, l’écriture de Tchaïkovski paraissant rarement aussi fine et chambriste, malgré l’acoustique décidément très sèche de la salle. L’ONL montre une belle santé sous cette brillante baguette, avec encore une fois un pupitre de violoncelles qui saisit fermement chaque moment de gloire que lui laisse cette partition.

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez lâ€â„¢insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse quâ€â„¢un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de lâ€â„¢auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, nâ€â„¢hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Lille
- Théâtre du Casino Barrière
- 15 novembre 2011
- Giacomo Puccini (1858-1824), Crisantemi
- Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791), Concerto pour flûte et harpe en ut majeur KV299
- Piotr Ilyitch Tchaïkovski (1840-1893), Symphonie n°4 en Fa majeur
- Marina Chamot-Leguay, flûte
- Anne Le Roy, harpe
- Orchestre National de Lille
- Roberto Rizzi Brignoli, direction






Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 828990

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Musique symphonique   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License