ClassiqueInfo.com




Kwamé Ryan dirige Wagner, Rouse et Beethoven.

vendredi 29 février 2008 par Sébastien Dupuis

Colin Currie

La première œuvre du programme, Siegfried-idyll, est une composition que Wagner a écrite pour la naissance de son fils, et reprend des thèmes du Ring. Elle constitue une excellente ouverture de concert, magnifiquement joué par l’ONBA. Les voix enchevêtrées de cette œuvre complexe sont clairement énoncées, et les lignes mélodiques généreusement chantées par les cordes.

L’œuvre qui suit a un rapport évident avec la première : son titre « Alberich sauvé », est un clin d’œil au Ring de Wagner, en suggérant la survie d’Alberich après le Crépuscule des Dieux. C’est une œuvre qui utilise un large éventail de percussions de tous genres étalés sur l’avant- scène, que Colin Currie vient frapper alternativement en passant d’un côté à l’autre de la scène. On peut également entendre certaines citations de leitmotiv du Ring, l’œuvre passant de passages d’accords dissonants glissants, à des moments de furie ressemblant à de la musique Rock pendant lesquels le percussionniste se laisse aller à de larges improvisations à la batterie. Ce dernier, très à l’aise sur scène, est toujours en étroite connivence avec Kwamé Ryan.

La dernière œuvre de la soirée, la septième symphonie de Beethoven est également une réussite. Sauf quelques caricatures de rythmes dans le premier mouvement : les rythmes de croche pointée-double croche-croche ne sont pas toujours très précis et ont tendance à devenir trop souples du fait de leur répétition. Mais le chef arrive à garder la légèreté de l’ensemble, et entraîne l’orchestre sans jamais forcer le trait. Le très attendu deuxième mouvement est très agréablement chanté. L’atmosphère générale de l’œuvre est restée intéressante jusqu’au bout et nous a promenés vers la fin sans qu’on voie le temps passer.

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez lâ€â„¢insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse quâ€â„¢un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de lâ€â„¢auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, nâ€â„¢hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Bordeaux
- Palais des Sports
- 21 février 2008
- Richard Wagner (1813-1883), Siegfried-Idyll ; Christopher Rouse (1958), Concerto pour percussions « Alberich sauvé » ; Ludwig Van Beethoven (1770-1827), Symphonie n°7 en La majeur Op.92.
- Colin Currie, percussions
- Orchestre National Bordeaux Aquitaine
- Kwamé Ryan, direction






Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 829451

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Musique symphonique   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License