ClassiqueInfo.com




Kopatchinskaja, Gabetta, Sigfridsson en trio

jeudi 28 février 2008 par Richard Letawe
JPEG - 21.3 ko
©Priska Ketterer

Trois jeunes artistes, Patricia Kopatchinskaja, Sol Gabetta et Henri Sigfridsson étaient les invités ce soir du Conservatoire Royal de Bruxelles, pour jouer en trio, en duo et en solo un programme qui changeait résolument de l’ordinaire.

La soirée débute par la Suite populaire espagnole, transcription réalisée pour violon et piano par Paul Kochanski des Sietes canciones populares españolas de Manuel de Falla. Fidèle à son tempérament éruptif (nous ne l’avons pas surnommée Dynamitskaja pour rien), Patricia Kopatchinskaja joue cette suite avec une vigueur débordante, et un enthousiasme contagieux. Comme d’habitude, elle bondit, entame des pas de danse, mais cette extériorisation ne se fait pas aux dépens de la musicalité. Son jeu savoureux et corsé, généreux et rustique convient parfaitement à ces pièces robustes et enjouées, et la délicatesse est également au rendez vous dans les pages plus intimes.

Attentif soutien rythmique dans le duo avec la violoniste, Henri Sigfridsson est moins intéressant en tant que soliste dans deux pièces de Sibelius, l’Epicéa extrait de Cinq morceaux (chacun des morceaux dépeignant un arbre), et la version pour piano solo de Finlandia. Son jeu a une belle assise dans le grave et de belles teintes sombres, mais le discours manque de clarté, et Finlandia, trop rude et emphatique, n’est guère exaltant.

Sol Gabetta rejoint ensuite le pianiste pour la Pampeana n°2 de son compatriote Alberto Ginastera. L’oeuvre (1950) est une rhapsodie pour violoncelle et piano que Ginastera composa comme imposé pour un concours musical de Buenos Aires, qui fut remporté par Aurora Natola, qu’il épousera beaucoup plus tard. Cette Pampeana est une pièce d’une grande virtuosité, qui exhale une énergie farouche, et évoque magnifiquement la liberté des grands espaces. Sol Gabetta en donne une version franche, puissante et incisive, qui dépasse les difficultés techniques pour aller au-delà des notes. La dernière partie, une danse populaire endiablée, est redoutablement difficile, mais, flamboyante et audacieuse, la violoncelliste n’en fait qu’une bouchée.

La seconde partie voit la réunion de nos trois talents, pour le Trio n°2 de Dmitri Chostakovitch. Leur version de cette œuvre de guerre est comme on peut s’y attendre, vigoureuse et tendue, le deuxième mouvement fait d’ailleurs l’effet d’un coup de poing tant il est violent, et le finale, basé comme les œuvres précédentes du programme sur un thème populaire, est mené sans complexe, aux frontières de la folie, du mauvais goût et du ricanement. Le trio sait cependant laisser de côté sont style très physique, pour donner une passacaille très nuancée, au son très fin, à la limite de la fragilité, et au désespoir froid, sans aucun sentimentalisme.
En bis, le trio nous offre une Sonnerie de Sainte-Geneviève du Mont de Marin Marais au style très libre, mais jouée avec énormément de conviction, et une élégance très noble.

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez lâ€â„¢insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse quâ€â„¢un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de lâ€â„¢auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, nâ€â„¢hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Bruxelles
- Conservatoire Royal
- 25 février 2008
- Manuel de Falla (1876-1946), Suite populaire espagnole, transcription pour violon et piano de Paul Kochanski ; Jean Sibelius (1865-1957), L’épicéa Op.75/5, Finlandia Op.26 ; Alberto Ginastera (1916-1983), Pampeana n°2 Op.21 ; Dmitry Chostakovitch (1906-1975), Trio avec piano n°2 en mi mineur Op.67.
- Patricia Kopatchinskaja, violon ; Sol Gabetta, Violoncelle ; Henri Sigfridsson, piano






Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 836293

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Musique de chambre   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License