ClassiqueInfo.com




Juventus 2011 : le 08 juillet

mercredi 27 juillet 2011 par Richard Letawe

Le festival Juventus a désigné cete année quatre nouveaux lauréats, le corniste Matthieu Romand, le pianiste Denis Kozukhin, et les violonistes Dalibor Karvay et Erno Kallay. Ce dernier vient de Hongrie, a 25 ans, et donnait son premier concert de lauréat ce 08 juillet en compagnie de Peter Laul dans un récital à l’allure classique mais au répertoire ambitieux, avec trois sonates majeures du répertoire. Un récital qui entre d’ailleurs directement dans le vif du sujet avec la sonate KV454, l’un des plus grands chefs d’œuvre de Mozart pour cette formation.

Erno Kallai est encore un musicien en devenir, ce que révèle cette sonate de Mozart qui reçoit sous son archet une lecture brillante mais assez largement hors-sujet. Le jeune violoniste a une technique sûre, une personnalité rayonnante, mais son style mozartien est encore à façonner, car son jeu aux effets très appuyés, aux phrasés appliqués mais sans grâce, rend mal justice à un compositeur qu’il traite comme s’il jouait de la musique post-romantique. C’est particulièrement sensible dans les deux premiers mouvements, où il semble vouloir faire un sort à chaque phrase, manquant constamment de légèreté et d’élégance. Le final en revanche, même s’il est assez exotique et souffre d’intonations hasardeuses, est plus intéressant car le violoniste le joue comme un final d’opéra en miniature, maîtrisant bien la construction dramatique du mouvement et le jeu sur les différentes voix. Les glissandi dont il use et abuse parfois dans ce finale sont audacieux, et ont le mérite d’être expressifs, renforçant la dramaturgie de cette interprétation résolument concertante. Très plastique, Peter Laul s’adapte sans faillir aux conception du violoniste, qu’il place dans les meilleures conditions pour aborder le récital.

JPEG - 91.9 ko
Erno Kallai recevant le trophée Juventus des mains de Marlon Titre, lauréat 2009
DR

La deuxième œuvre du programme est la Sonate de Debussy, dans laquelle Erno Kallay laisse une bien meilleure impression stylistique que pour Mozart. Il joue le premier mouvement avec beaucoup de panache et de tempérament, donnant une coda virile et puissante, mais c’est surtout dans le deuxième mouvement, très fin, où il semble presque toujours en train d’improviser, qu’il se montre le plus séduisant. Dans le Final, certains phrasés trop insistants sont moins, convaincants, il manque un peu de cohésion dans la progression d’un discours qui apparaît morcelé, mais la sonorité du violoniste, pleine et intense, reste une valeur sûre.

En seconde partie, frissons garantis avec Paganiniana de Nathan Milstein, suite de variations pour violon seul sur le célèbre Caprice n°24 de Paganini, recelant une multitude de pièges dont il se tire avec un aplomb et un éclat assez remarquables.

Le récital se termine avec une superbe Sonate n°1 de Fauré, remarquable à tous points de vue, que ce soit dans l’écoute mutuelle entre les deux instrumentistes, dans la pureté d’intonation du violoniste, au jeu aussi léger et gracieux que possible, ou dans la subtile douceur de l’Andante où les notes semblent flotter en apesanteur. Le redoutable troisième mouvement est un bel exemple d’audace, de maîtrise technique et de continuité du discours, et le mouvement final est judicieusement joué avec vigueur, mais sans se précipiter. C’est une leçon de style et de bonté que cette Sonate, poétique mais rigoureuse, sans alanguissement, qui marque avec éclat l’entrée d’Erno Kallai dans la longue liste des lauréats Juventus.

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez lâ€â„¢insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse quâ€â„¢un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de lâ€â„¢auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, nâ€â„¢hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Cambrai
- Théâtre municipal
- 08 juillet 2011
- Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791), Sonate pour violon et piano en Si bémol majeur KV 454
- Claude Debussy (1862-1918), Sonate pour violon et piano en sol mineur
- Nathan Milstein (1903-1992), Paganiniana, variations pour violon seul
- Gabriel Fauré (1845-1924), Sonate pour violon et piano n°1 en la majeur Op.13
- Erno Kallai, violon
- Peter Laul, piano






Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 812797

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Musique de chambre   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License