ClassiqueInfo.com




Johannes-Passion aux Nuits musicales d’Uzès

mardi 17 juillet 2012 par Emmanuel Andrieu

Pour ouvrir sa 42ème édition, le choix des Nuits musicales d’Uzès - et de son directeur Eric Desnoues - s’est porté sur la Passion selon Saint-Jean de Bach. Si le festival languedocien a basé sa réputation sur l’exécution d’œuvres du répertoire baroque, il s’est toujours ouvert à d’autres musiques. Ainsi, après un récital des Sœurs Labèque (Ravel, Bernstein) le 21/7 dans la Cour du Duché, c’est le bouillonnant pianiste turque Fazil Say qui donnera à entendre, dans le même lieu, des œuvres de Mozart, Chopin, Janacek et Prokofiev (le 25/7).

Pour la partie baroque, on pourra entendre l’opéra The Fairy Queen d’Henry Purcell par l’ensemble Les Nouveaux Caractères, dirigé par Sébastien d’Hérin (le 18/7). Le 20, la Cathédrale Saint-Théodorit résonnera de la musique de Giovanni Gabrielli - Chœur Arsys Bourgogne et Ensemble La Fenice, dirigés par Jean Tubery. Le 22, c’est le contre-ténor de renommée internationale Max Emmanuel Cencic qui investira les lieux, accompagné de la formation grecque Armonia Atenea (direction, George Petrou). Et c’est le fidèle Jordi Savall, accompagné d’Andrew Lawrence-King, qui clôturera - dans la Cour du Duché cette fois - le festival avec des Airs et Danses d’Irlande et d’Ecosse.

Ce soir, c’est une formation qui a le vent en poupe - et de manière bien légitime - qui a fait retentir sous les voûtes de l’église presque millénaire la musique imaginée par le Cantor de Leipzig : l’Orchestre Baroque et l’Ensemble Vocal Collegium 1704. Basés à Prague, les deux ensembles étaient dirigés par leur fondateur, le claveciniste Vaclav Luks.

JPEG - 83.1 ko
Vaclav Luks
DR

Six solistes se répartissent les récitatifs (personnages de l’Evangéliste, de Jésus, de Pilate...), certains airs et interviennent également dans les Chœurs et les Chorals (neuf choristes). Les chanteurs, surélevés, sont rangés en arc de cercle derrière l’orchestre, en formation réduite (dix-huit instrumentistes). Cette approche induit beaucoup de théâtralité - notamment dans le chœur d’ouverture « Herr, unser Herrscher » -, qui plonge l’auditoire immédiatement dans le drame, avec une tension palpable. Personnage à part entière de l‘œuvre, le chœur fait preuve d’une superbe homogénéité et l’on soulignera le magnifique travail sur la précision du texte et de la diction.

La soirée recèle beaucoup de moments remplis d’émotion. En premier lieu, à travers le récit de l’Evangéliste interprété par le formidable ténor allemand Eric Stoklossa. Doté d’un timbre clair, il se montre particulièrement expressif pour évoquer les derniers jours de Jésus, de la trahison de Judas jusqu’à la mise au tombeau.

Avec sa voix incroyablement grave - qui confine à la basse profonde-, Tobias Berndt est un impressionnant Jésus. L’autre basse, l’argentin Lisandro Abbadie s’avère un Pilate non moins crédible, qui livre un magistral « Betrachte, mein Seel », quasi susurré. Autre bonheur, la soprano tchèque Hana Blazikova qui émerveille par la luminosité de son timbre et par son ineffable musicalité, notamment dans l’un des plus beaux airs de la partition : « Zerfliesse, mein Herze, in Flüten der Zähen ». Le plus beau demeure cependant, à notre avis, le « Es ist Vollbracht », dévolu à l’Alto Kamila Mazalova, d’origine tchèque également. Bien qu’elle chante avec une certaine délicatesse, la voix manque, hélas, de puissance, de projection mais surtout ne parvient pas à faire passer l’émotion escomptée.

JPEG - 111.8 ko
Collegium 1704
DR

L’orchestre n’est pas en reste et se montre d’une constante efficacité sous la baguette attentive et sensible de Vaclav Luks. Les subtilités harmoniques créées, la remarquable cohésion des pupitres, les tempi vifs et contrastés enchantent les oreilles du public et il nous faut absolument citer trois des solistes : le somptueux violoncelle de Libor Masek, le délicat basson d’Elizabeth Kaufhold et enfin la superbe viole de gambe de Hana Flekova.

Au final, une enthousiasmante soirée pour le public et une véritable aventure collective pour une des formations les plus exaltantes du moment !

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez lâ€â„¢insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse quâ€â„¢un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de lâ€â„¢auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, nâ€â„¢hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Uzès
- Cathédrale Saint-Théodorit
- 15 juillet 2012
- Johann Sebastian Bach (1685-1750), Johannes Passion BWV 245
- Eric Stoklossa, Evangéliste
- Lisandro Abbadie, Pilate
- Tobias Berndt, Jésus
- Hana Blazikova, soprano
- Kamila Mazalova, alto
- Vaclav Cizek, ténor
- Chœur et Orchestre Collegium 1704
- Vaclav Luks, direction






Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 812897

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Musique vocale et chorale   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License