ClassiqueInfo.com




Roubaix

Hommage aux travailleurs de Metaleurop

Centre des Archives Nationales du Monde du Travail
samedi 17 novembre 2007 par Richard Letawe

En 2003, l’usine Metaleurop de Noyelles-Godault était brutalement liquidée par les financiers de Glencore qui en avaient le contrôle, nouveau désastre social pour une région qui paie depuis trente ans au prix fort la lente politique de désindustrialisation européenne. La liquidation de la plus grande fonderie de plomb et de zinc d’Europe laisse 800 travailleurs sur le carreau, parfois mal en point à cause du saturnisme, et une bombe à retardement écologique, touchant la nature environnante, mais également les familles de riverains, dont les enfants présentent souvent des taux de métaux lourds anormalement élevés.

Les archives de cette usine centenaire, qui fut successivement propriété des italiens de Malfidano, des espagnols de Pennaroya, puis du groupe Glencore de sinistre mémoire, ont été reprises par les Archives Nationales du Monde du Travail de Roubaix. Le fonds a été traité directement sur le site de l’usine, par une équipe comprenant des anciens salariés de l’usine, qui ont trié et classé les documents avant de les transférer à Roubaix.

Le concert de l’Orchestre National de Lille de ce soir, dirigé par Ariane Matiakh, est donné gratuitement aux ANMT en l’honneur des travailleurs de Noyelles-Godault, pour célébrer la fin prochaine du transfert des archives à Roubaix. Des anciens salariés de l’usine étaient présents, représentant l’association Chœurs de fondeurs, constituée lors de la liquidation du site. Le programme est en partie inspiré par l’Espagne, manière de rappeler que le propriétaire le plus durable de l’usine fut le groupe sévillan Pennaroya.

On débute donc par l’ouverture de l’opéra Los Esclavos Felices, de Juan Crisostomo Arriaga. Né en 1806, mort vingt ans plus tard, Arriaga est parfois surnommé le « Mozart espagnol ». Il a eu le temps de composer un catalogue assez fourni : un opéra, des quatuors, une grande symphonie, dont une partie a été perdue, dont Los esclavos felices, dont ne subsiste que l’ouverture. A l’écoute de cette pièce agréable, de forme très rossinienne, il est un peu présomptueux d’en faire un Mozart ou un Beethoven, mais meut quand même avec lui un excellent compositeur, au talent précoce, qui aurait sûrement compté parmi les figures musicales de son époque s’il avait eu une durée de vie normale.

JPEG - 20.2 ko
Ariane Mathiak
DR

On poursuit avec la Symphonie espagnole d’Edouard Lalo, dont le soliste est Graf Mourja, bien connu du public nordiste pour sa participation régulière au Festival Juventus. Les conditions de ce concert ne sont pas idéales, car le hall des Archives nationales n’est guère adapté à la pratique musicale, plafond bas, structure métallique, spectateurs placés en croix par rapport à la scène. Pourtant, l’exécution de cette symphonie espagnole est de très bonne tenue, avec un orchestre bien mené par Arianne Mathiak, qui donne du rythme et des couleurs, et évite de noyer le soliste malgré l’acoustique difficile. Celui-ci est d’une sobriété exemplaire, évitant de se laisser aller à des débordements folklorisants, sans que cette rigueur puisse être confondue avec de la sécheresse. Vif, élégant et stylé, le jeu du violoniste est virtuose mais sans ostentation, et la légèreté de ses phrasés, sa musicalité pure et généreuse font merveille, particulièrement dans le deuxième mouvement, Scherzando, dont le rythme de séguedille est très gracieusement rendu.

Pour clore le programme, la Symphonie n°7 de Beethoven. Arianne Mathiak la dirige avec rigueur et fermeté, d’un geste assuré, usant d’articulations courtes, et demandant peu de vibrato aux cordes. Son interprétation est énergique, mais ne manque pas de subtilité, et l’équilibre entre les pupitres est très honorable vu les conditions sonores particulières. Le premier mouvement aux accents tranchants est bien rythmé, et très maîtrisé, alors que l’allegretto, au tempo allant, mené sans grandiloquence, présente une belle variété d’accents. La pâte sonore est légère, les deux derniers mouvements sont bondissants, avec un finale plein de brio et de volonté.

Avec ce concert, l’ONL commence donc sa saison en beauté, à l’extérieur de ses bases comme il en a l’habitude. La venue de Fazil Say à la fin de ce mois marquera le début des concerts d’abonnement au Nouveau Siècle.

Graf Mourja sera au prochain Festival Juventus qui se déroulera à Cambrai du 05 au 14 juillet.

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez lâ€â„¢insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse quâ€â„¢un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de lâ€â„¢auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, nâ€â„¢hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Roubaix
- Centre des Archives Nationales du Monde du Travail
- 07 septembre 2007
- Juan Crisostomo de Arriaga (1806-1826), Los Esclavos felices Ouverture
- Edouard Lalo (1823-1892), Symphonie espagnole en ut mineur Op.21
- Ludwig Van Beethoven (1770-1827), Symphonie n°7 en La majeur Op.92
- Graf Mourja, violon
- Orchestre National de Lille
- Ariane Mathiak, direction






Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 831521

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Musique symphonique   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License