ClassiqueInfo.com




Bruxelles

Great Britain in music

SymfonieOrkest Vlaanderen
samedi 17 novembre 2007 par Richard Letawe

Ce concert du SymfonieOrkest Vlaanderen (SOV) au Conservatoire Royal de Bruxelles n’a pas fait recette, remplissant à peine une moitié de la petite salle, alors que les concerts du SOV dans d’autres villes, Gand, Bruges, ou Anvers, font généralement le plein.

JPEG - 11.5 ko
Etienne Siebens
©Etienne Siebens

Il est vrai que la concurrence était rude ce soir à Bruxelles, avec dans le même temps la dernière de l’Ange de Feu au Théâtre Royal de la Monnaie, et la venue de Pierre-Laurent Aimard et du Chamber Orchestra of Europe au Palais des Beaux Arts. Le programme du SOV, pas très ardu, mais composé pour partie d’œuvres méconnues, était peut-être également un frein pour le public, de même que la salle du Conservatoire, trop petite, à l’acoustique sèche, et guère adaptée au répertoire symphonique.
La première partie illustre le thème de la mer dans la musique britannique, avec les Cinq Interludes marins tirés de Peter Grimes de Britten, et les Sea Pictures de Elgar. Etienne Siebens, le directeur musical du SOV, donne de l’œuvre de Britten une version nette, tranchante et tendue, mais un peu trop monochrome, et manquant de dramatisme et de spontanéité, se bornant parfois à une démonstration de virtuosité orchestrale.

JPEG - 22.2 ko
Christianne Stotijn
DR

Les Sea Pictures, cycle de mélodies d’Edward Elgar, sont chantées par Christiane Stotijn, la mezzo hollandaise qui monte, ayant déjà entre autre quelques disques à son actif, et le rôle d’Isabella dans l’Italienne à Alger au dernier Festival d’Aix-en-Provence. C’est une voix à l’ambitus relativement limité, qui produit des aigus souvent dérangeants, sourds et émis dans la douleur, mais les graves, sans être très étoffés sont séduisants, et le médium est riche, velouté et coloré. Plus que ses capacités vocales, c’est par ses talents d’interprète qu’elle se distingue, car elle chante ce cycle avec sincérité et implication, et dans un anglais très intelligible, et en rend parfaitement les ambiances, bien soutenue par un chef subtil et précis, qui met bien en valeur les raffinements de l’orchestration. On notera tout particulièrement le lyrisme chaleureux dont elle fait preuve dans le Sabbath Morning at Sea, et la poésie simple et intense qu’elle dégage dans Where Corals Lie, le joyau de ce cycle magnifique, qui fait partie des plus beaux chefs d’œuvre de la musique britannique, et que le public semble avoir eu beaucoup de plaisir à découvrir.

Après la pause, on change de répertoire avec la troisième symphonie de Mendelssohn. Depuis deux ans, qu’il dirige le SOV, Etienne Siebens a emmené l’orchestre à la (re)découverte du répertoire symphonique classico-romantique en empruntant des chemins nouveaux. Les principes interprétatifs sont simples : effectif de taille moyenne, jeu sans vibrato systématique, privilégiant la transparence des textures, l’équilibre entre les pupitres et la mise en valeur de la structure des œuvres. Les exécutions sont vigoureuses et rapides, le suivi des partitions est rigoureux, et on évite autant que faire se peut les débordements pathétiques. Cela donne des interprétations étonnantes, parfois un peu cassantes et hachées, mais toujours passionnantes et novatrices, particulièrement dans Beethoven, pugnace et lumineux, et dans Schumann, dont Siebens rend à merveille le génie sombre et turbulent.
Siebens se montre encore une fois très convaincant dans cette symphonie écossaise de Mendelssohn, dont il propose une interprétation puissante, légère et acérée, aux tempi contrastés et à l’équilibre instrumental très fin. L’orchestre se conduit de fort belle et énergique manière, avec des cordes très homogènes, dont la sonorité rappelle de plus en plus celle d’instruments montés en boyaux, et des vents tranchants et lumineux.
En conclusion, un beau concert, au programme original et bien exécuté, qui aurait mérité un public plus nombreux. Bonne nouvelle : le SOV aura un programme très copieux l’année prochaine à Bruxelles, dont plusieurs concerts au Palais des Beaux Arts, ce qui permettra enfin à l’orchestre de se faire entendre dans d’excellentes conditions dans la capitale.

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez lâ€â„¢insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse quâ€â„¢un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de lâ€â„¢auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, nâ€â„¢hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Bruxelles
- Conservatoire Royal
- 10 février 2007
- Benjamin Britten (1913-1976), Sea Interludes
- Edward Elgar (1857-1934), Sea Pictures
- Felix Mendelssohn (1809-1847), Symphonie n°3 en la mineur « Ecossaise » Op.56
- Christiane Stotijn, mezzo
- SymfonieOrkest Vlaanderen
- Etienne Siebens, direction






Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 810697

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Musique symphonique   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License