ClassiqueInfo.com




Festival d’Arques-la-Bataille 2012

mardi 21 août 2012 par La rédaction

La quinzième édition du festival d’Arques-la-Bataille, organisée par l’Académie Bach, sera fidèle à ses devancières. Entre mer et bocage, offrant l’accès à sept lieux différents, refusant les cloisonnements, mais tout autant le mélange des genres brossant le goût du public dans le sens du poil, c’est une quinzaine de concerts qui sera proposée du 21 au 25 août.

Comme chaque année, le festivalier qui voudra (et il le pourra aussi vue la tarification toujours aussi modeste) profiter d’un maximum de propositions, aura de quoi s’occuper du matin à près de minuit. L’ouverture se fera en l’épicentre du festival, cette magnifique église d’Arques, avec deux concerts en soirée du 21 : The Great Service de William Byrd sera donné par l’ensemble britannique Musica Contexta (ensemble encore peu connu en France en dépit d’une jolie discographie parue chez Chandos) et The English Cornett & Sackbut Ensemble. Puis le jeune ensemble Contre-Eclisse dirigé par Maude Gratton nous invitera à un « Banchetto Musicale » autour des précurseurs de Bach, de Michael Praetorius à Schmelzer en passant par Weckmann.

Les matinées des 22, 23, 24 et 25 août nous convieront, en les églises d’Arques et Saint-Rémy de Dieppe, à entrer dans les catéchismes de Martin Luther, musicalement parlant. Benjamin Alard et le jeune ensemble vocal Bergamasque nous conduiront dans les beautés de la troisième partie de la Clavierübung de Bach au cours de quatre concerts à entrée gratuite mêlant grandes pièces pour orgue et chorals.

La soirée du mercredi 22 emmènera les festivaliers dans ce lieu magique qu’est l’église de Varengeville dominant la Manche. Après les Witches, c’est l’ensemble allemand Phoenix de Joel Frederiksen qui nous offrira un programme de ballades et de danses anglaises de la Renaissance. Les plus endurants ne pourront reculer devant une petite virée au-delà de Varengeville, en l’église de Sainte-Marguerite sur mer, pour y entendre le Quatuor Baillot récemment formé sous l’impulsion d’Hélène Schmitt. Un programme composé des Quatuors opus 58 n°4 de Boccherini, n°10 en mi bémol majeur de Schubert et opus 33 n° 5 de Haydn ne se refuse pas !

Deux nouvelles églises à découvrir en soirée du jeudi 23 : tout d’abord celle d’Offranville pour y entendre les Musiciens de Saint-Julien de François Lazarévitch accompagner Dorothée Mields et Arnaud Marzorati dans deux cantates profanes de Bach et donner la Suite en si mineur. Puis, Daniel Isoir et les musiciens de la Petite Symphonie nous feront partager une schubertiade-mendelssohniade en la ravissante bonbonnière qu’est l’église de Colmesnil-Manneville. Truite notamment au menu !
On retrouvera le même Daniel Isoir au splendide manoir d’Ango à Varengeville le vendredi 24 à 17 heures, en accompagnateur des Lunaisiens, Isabelle Druet, Jean-François Novelli et Arnaud Marzorati, dans un programme de chansons révolutionnaires du XIXème siècle, faisant suite à la petite merveille qu’avait constitué celui consacré à la Révolution de 1789. Retour à Arques pour une nouvelle soirée à deux concerts : Daedalus, dirigé par Roberto Festa, nous enseignera l’Arte del Lamento, expression mélancolique indissociable de la culture baroque. De Barbara Strozzi à Merula, de Cazzati à Biagio Marini et Mazzocchi, nous devrions tout savoir sur les passions de l’âme au XVIIème siècle. Retour à l’Angleterre, décidément très en vogue en cette année olympique, avec une fin de soirée où les deux merveilleuses gambistes canadiennes Susie Napper et Margaret Little, alias Les Voix Humaines, nous inviteront à mieux connaître ce diable de musicien que fut Tobias Hume, étrange figure du baroque outre-Manche.

Cette quinzième édition se terminera samedi 25 au soir avec la première du nouveau programme du Poème Harmonique, intitulé « La Mécanique de la Générale ». Le dossier de presse nous annonce la rencontre du premier baroque italien et de l’univers loufoque de Buster Keaton. On en rêve déjà !

Si on ajoute les conférences tenues par Jean-Paul Combet (Bach, entre profane et sacré), Roberto Festa (l’art du Lamento), Susie Napper et Margaret Little (la viole de gambe en France), les expositions de photos (Robin H. Davies) et de toiles et dessins (Daniel Levigoureux), le festivalier aura de quoi s’occuper du 21 au 25 août, entre Manche et bocage normand.

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez lâ€â„¢insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse quâ€â„¢un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de lâ€â„¢auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, nâ€â„¢hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"






Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 831306

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Annonces   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License