ClassiqueInfo.com




Festival Côté cour Côté jardin : Fauré et Schumann au concert d’ouverture

vendredi 2 juillet 2010 par Richard Letawe
JPEG - 104.5 ko
ORCW
DR

Depuis 2005, le Festival Côté cour Côté jardin unit à la fin du mois de juin les efforts des deux principales institutions musicales montoises, le Conservatoire royal de musique et l’Orchestre de chambre de Wallonie. Trois rendez-vous -tous gratuits- étaient proposés au cours de ce week-end : un concert de concertos le samedi soir où l’ORCW accompagnait Basak Goren, élève du Conservatoire, dans le Concerto pour piano KV415 de Mozart, et Hrachya Avanesian, élève d’Augustin Dumay à la Chapelle musicale Reine Elisabeth, dans le Concerto pour violon n°2 de Vieuxtemps. Le lendemain, c’est Damien Bossy et Flavien Casaccio, deux lauréats de la classe de piano du Conservatoire, qui se produisaient dans un récital Chopin.

Mais avant cela, le concert d’ouverture du festival était consacré à la musique de chambre, avec Rosella Clini, professeur de piano du Conservatoire, Augustin Dumay et des membres de l’ORCW dans le Quintette pour piano et cordes de Schumann et le Quatuor à clavier n°1 de Fauré.

On ne prendra pas cet après-midi les musiciens de l’ORCW en flagrant délit de manque d’engagement et de souffle, et de fait, le Quintette de Schumann qui ouvre ce concert est porté par un élan presque symphonique, qui donne des ailes à un quatuor de cordes puissant et confiant. Entamé avec une vigueur irrésistible, le premier mouvement est marqué par de forts contrastes, car il n’y a pas qu’un déploiement de muscles dans cette interprétation, mais aussi un jeu de nuances très subtil, amené judicieusement par le violon ensoleillé et altier d’Augustin Dumay. Dommage alors que Rosella Clini y soit un peu effacée, mais elle prend magistralement les commandes dans l’intermezzo du deuxième mouvement, mené avec rigueur et conviction. Auparavant, les cordes font preuve dans le début de ce même mouvement de caractère et de vigueur, avec par exemple un second violon aux interventions propres et précises, et un primarius particulièrement somptueux dans l’exposé du deuxième thème. Ces deux mouvements de très belle facture sont suivis par deux autres un peu moins convaincants, surtout le scherzo, fier et vigoureux, mais un peu trop rustique, assez raide, et à la réalisation plus décousue, avec quelques légers problème d’intonation. Le finale retrouve de belles couleurs, la cohésion est impressionnante. On y entend encore quelques raideurs et duretés, mais l’ensemble a de l’allure et du panache, avec une fugue finale un peu âpre mais bien maîtrisée.

Après ce quintette très ardent, les cordes sont toutes renouvelées pour aborder le Quatuor à clavier n°1 de Fauré. Climat très différent de celui de Schumann bien évidemment, que les musiciens rendent parfaitement, en en donnant une version épurée, claire et élégante, à l’équilibre remarquable. Le discours est mené avec beaucoup de tact par une pianiste distinguée et efficace, et par un violoniste actif et habile dont le lyrisme sait se montrer fougueux mais sans emphase. Le seul bémol vient du scherzo, attaqué ici avec beaucoup trop de hargne, aux phrasés bousculés et aux sonorités dures, alors que les autres mouvements sont pourtant d’une simplicité et d’une limpidité sans défaut.

Malgré le très beau temps de ce samedi, le public était assez nombreux pour ce premier concert au niveau artistique plus qu’intéressant.

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez lâ€â„¢insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse quâ€â„¢un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de lâ€â„¢auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, nâ€â„¢hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Mons
- Conservatoire royal de musique
- 26 juin 2010
- Robert Schumann (1810-1856), Quintette pour piano en cordes en Mi bémol majeur Op.44
- Augustin Dumay Pascal Crismer, violon ; Anne Pingen, alto ; Stijn Kuppens, violoncelle
- Gabriel Fauré (1845-1924), Quatuor pour piano et cordes en ut mineur Op.15
- Jean-Frédéric Mollard, violon ; Pascal Schmidt, alto ; Edith Baugnies, violoncelle
- Rosella Clini, piano






Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 831446

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Musique de chambre   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License