ClassiqueInfo.com




Festival Berlioz 2009 : Musique et patrimoine

lundi 7 septembre 2009 par Cyril Brun

Poursuivant son excursion parmi les quatuors de Mendelssohn, le Fine Arts Quartet, nous invitait également à la découverte des petites églises reculées de la Bièvre. C’est dans l’ancienne église prieurale de Marnans, un chef d’œuvre médiéval perdu dans les terres, que le quatuor américain acheva sa tournée dauphinoise.

JPEG - 56.3 ko
Fine Arts Quartet
DR

Comme la veille, nous fûmes immédiatement happé par la profonde unité du quatuor duquel émanait une dextérité sereine au service du Capriccio. La clarté du discours musical fut telle que l’on pouvait très distinctement voir défiler la partition sous ses yeux. Une clarté mise en relief par la belle profondeur des pizzicati du violoncelle.

Le Quatuor en mi bémol majeur fut en revanche quelque peu poussif dans le premier mouvement, notamment sur les reprises et les levées ou encore sur l’accompagnement du solo de premier violon. Les accents respiraient mal et avaient tendance à s’écraser au point que le finale apparu comme incongru. La canzonetta, malgré un certain manque d’ensemble des posées du violoncelle sous les traits de violon, fut cependant un très bon moment avec une belle mise en valeur des rebondis de la forme. Très vite ce manque d’ensemble disparu au profit d’une reprise très unie pour un finale tout en douceur dans une ligne à pas feutrés. Le troisième mouvement connut quelques longueurs du fait d’un nouveau manque d’ensemble. Le finale en revanche fut d’une très grande fermeté, chacun tenant fermement son jeu pour un superbe passage du molto allegro au vivace. La grande fluidité au service d’une toute aussi grande dextérité a permis un magnifique envol des cordes dans un tourbillon de finale sans cesse repoussé. Une très grande unité du discours conduisant jusqu’au finale, fine évocation de l’adagio d’ouverture, selon le principe d’unité circulaire de Mendelssohn.

Le premier mouvement du Quatuor n°1 en ré majeur, fut encore un grand moment de dextérité et de précision pour un ensemble cette fois-ci beaucoup plus uni. L’unité du violoncelle et de l’alto fut particulièrement remarquable, tandis que le premier violon toucha l’excellence en dominant la scène, sans pour autant s’imposer. Les respirations du menuet furent plus statiques, même dans la progression des nuances et malgré de très belles envolées du premier violon qui servit de superbes chants. Pourtant au-delà d’un très beau finale, superbement posé, l’exécution ne fut pas réellement convaincante. Pour le troisième mouvement, le second violon fut trop en dehors des pizzicati, presqu’indépendant, tandis que la basse et les retombées d’arpèges étaient relativement lourdes. Quelques ruptures dans le discours laissaient une impression de perte d’attention, comme de fatigue. Les enchaînements mélodiques ne se ressemblaient pas, créant une rupture supplémentaire à l’encontre même de l’esprit fugué. Le presto final renoua avec un vrai dialogue des instruments et le face à face des instruments avec le premier violon redonna au quatuor toute sa dimension instrumentale. Une magnifique tension conduisit dès lors tout naturellement vers un finale enlevé et dynamique se reposant sereinement par une descente apaisée.

Longuement bissé, le Fine Arts Quartet s’est exécuté avec le finale fugué du Quatuor n°9 « Razumovski » de Beethoven. Une couleur toute différente, avec un premier violon parfois peu juste, pour une interprétation finalement peut être plus proche de Brahms, mais haute en couleur. Un vrai quatuor de virtuoses fait d’accents vivants et expressifs. Une véritable tension dramatique dans un ensemble parfait où chacun se passait la parole dans une fugue remarquable.

Le Fine Arts Quartet se produira au Festival Musicalta de Rouffach le 23 juillet 2010.

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez lâ€â„¢insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse quâ€â„¢un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de lâ€â„¢auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, nâ€â„¢hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Marnans
- Eglise
- 22 août 2009
- Félix Mendelssohn (1809-1847), Capriccio n°3, op.81 ; Quatuor en mi bémol majeur, op.12 ; Quatuor n°1 en ré majeur, op. 44.
- Fine Arts Quartet.






Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 829416

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Musique de chambre   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License