ClassiqueInfo.com




Eugène Onéguine à la fête

dimanche 26 septembre 2010 par Hermine Ferrand
JPEG - 57.9 ko
Ludovic Tézier (Eugène Onéguine)
© Opéra national de Paris/ Charles Duprat

Après l’expérience Tcherniakov au Palais Garnier il y a deux ans, l’Opéra de Paris revient aux sources avec la reprise de la mise en scène de Willy Decker, créée à l’Opéra Bastille en 1995. Pour ses débuts parisien dans le rôle du célèbre dandy, Ludovic Tézier a comblé toutes les attentes, entouré d’un plateau vocal de très haute volée, dont l’homogénéité a avant tout servi la musique de Tchaïkovski et les vers de Pouchkine.

En cette rentrée, le public parisien retrouve avec bonheur la mise en scène simple et discrète de Willy Decker. Dans un décor réduit au minimum, les changements de tableaux de ces « scènes lyriques » sont suggérés par un beau travail de lumières (du grand soleil campagnard à une fin de soirée mondaine). Le metteur en scène réussit à rendre palpable l’atmosphère de la Russie de Pouchkine sans avoir recours à quelque accessoire pittoresque.

JPEG - 84 ko
Olga Guryakova (Tatiana) et Alisa Kolosova (Olga)
© Opéra national de Paris/ Charles Duprat

Ainsi, il revient aux chanteurs de dérouler le fil du drame par leur seul jeu. Et c’est de chanteurs incandescents dont il est question aujourd’hui, en premier lieu l’héroïne de notre histoire. Olga Guryakova est désormais bien connue des mélomanes de la capitale, mais malgré le fait qu’elle chante Tatiana depuis des années, le charme opère aujourd’hui plus que jamais. La chanteuse entre dans la peau de son personnage comme pour la première fois, et vit la vie de Tatiana les larmes aux yeux, la sincérité de chaque geste la rendant bouleversante. On peut juste noter une prudence qui se fait sentir par moments sur le plan strictement vocal. A ses côtés, la jeune Alisa Kolosova est une heureuse découverte en Olga, dont elle maîtrise la tessiture tout en virevoltant sur scène avec une aisance déconcertante pour son jeune âge. Son interprétation spontanée offre un parfait pendant à la réserve de sa soeur, et toutes deux forment un duo idéal auquel il suffit d’ajouter l’excellente Filipievna de Nona Javakhidze pour obtenir un plateau féminin parfait. Nadine Denize n’est pas en reste en Madame Larine, mais demeure vocalement en retrait.

JPEG - 55.9 ko
Joseph Kaiser (Lenski)
© Opéra national de Paris/ Charles Duprat

Du côté des hommes, Ludovic Tézier a comblé toutes les attentes dans un rôle qui semble taillé pour sa voix comme pour son regard ténébreux. Laissant jouer son charisme, dans une économie de gestes, son Eugène restera élégant jusqu’au bout, même ébranlé par les événements. Joseph Kaiser prête à Lenski son physique de jeune premier et son engagement sans réserve. Gleb Nikolski a l’autorité naturelle du prince Grémine, et Jean-Paul Fouchécourt donne à monsieur Triquet l’élégance de son chant. A la tête de l’orchestre de l’Opéra, Vassili Petrenko est soucieux d’accompagner les voix sans les couvrir. Le chef russe réussit à créer une atmosphère palpitante, sans pour autant éviter quelques lourdeurs par moments.

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez lâ€â„¢insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse quâ€â„¢un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de lâ€â„¢auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, nâ€â„¢hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Paris
- Opéra Bastille
- 20 septembre 2010
- Piotr Ilyitch Tchaïkovski (1840-1893), Eugène Onéguine, scènes lyriques en trois actes et sept tableaux
- Mise en scène de Willy Decker, réalisée par Monica Waitzfelder ; décors et costumes : Wolfgang Gussmann ; lumières : Hans Toelstede ; chorégraphie : Athol Farmer
- Tatiana, Olga Guryakova ; Olga, Alisa Kolosova ; Filipievna, Nona Javakhidze ; Madame Larina, Nadine Denize ; Eugène Onéguine, Ludovic Tézier ; Lenski, Joseph Kaiser ; le prince Grémine, Gleb Nikolski ; Monsieur Triquet, Jean-Paul Fouchécourt ; Zaretski, Ugo Rabec ; le lieutenant, Yves Cochois ; Solo ténor, Vincent Morell
- Choeurs de l’Opéra National de Paris, chef du choeur, Patrick Marie Aubert
- Orchestre de l’Opéra National de Paris
- Vasily Petrenko, direction






Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 829186

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Opéra   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License