ClassiqueInfo.com




Escales musicales d’Evian 2012

mardi 12 juin 2012 par Emmanuel Andrieu
JPEG - 43.8 ko
DR

C’est un franc succès qu’a rencontré l’édition 2012 des Escales musicales d’Evian, chacune des trois soirées ayant été couronnée par une standing ovation. Placée depuis 2000 sous la houlette de l’ancien ténor vedette Laurence Dale, la manifestation lémanique - sise dans la magnifique salle en bois de La Grange au lac - a pris un nouvel essor cette année avec la création de son propre orchestre : l’Evian Festival Orchestra.

A tout seigneur tout honneur, c’est Laurence Dale lui-même qui dirige la soirée d’ouverture intitulée « Jamais deux sans trois ». Grand amoureux et défenseur de la musique de son compatriote Edward Elgar (dont il a dirigé la symphonie chorale The music makers l’an passé in loco), son choix s’est porté cette année sur sa rare et magnifique Symphonie n°2. Par sa variété de climats, l’ouvrage permet aux différents pupitres de briller alors que l’orchestre peut mettre en avant son homogénéité et sa dynamique. Dans des tempi assez rapides, le chef anglais nous livre une prestation de premier plan mettant en avant la virtuosité de cette nouvelle phalange, en particulier dans un final d’une grande puissance qui témoigne de la formidable maîtrise technique de l’ancienne star du chant lyrique.
En première partie, après une « mise en bouche » avec l’ouverture des Maîtres-Chanteurs de Wagner, le pianiste français François Weigel avait livré une superbe exécution du Concerto pour piano n°2 de Rachmaninov, distillant de son clavier une sonorité claire et pourtant riche, jamais percussive. Capable de plénitude même dans le fortissimo, il a ajouté une conception d’une grande rigueur, toujours musicale. Le concert s’est terminé par une exécution de la célèbre Marche « Pomp und Circumstance » n°1 d’Elgar qui a fait se lever d’un seul bond le public juste après les derniers accords.

La seconde soirée a également enflammé le public, venu nombreux pour entendre l’incroyable percussionniste chinois Li Biao, accompagné de cinq talentueux confrères. Remarqué lors du concert de clôture des JO de Pékin, il a donné à entendre des pièces du répertoire baroque (J.S. Bach) jusqu’au contemporain (Cage), entrecoupées de morceaux de sa propre composition ou issues du répertoire traditionnel chinois. Nous retiendrons particulièrement la pièce intitulée Tinplay de Per Adreasson, qui a provoqué une palpable émotion parmi l’auditoire. Mais c’est le saisissant Marimba Spiritual, du japonais Minoru Miki, qui a déchaîné un vrai vent de folie, la formation au complet y faisant brillamment preuve de sa virtuosité et de son infaillibilité.

JPEG - 73.1 ko
DR

C’est à une soirée 100% russe qu’est convié le public du concert de clôture. Retrouvant la fosse de la Grange au Lac, l’Evian Festival Orchestra est ce soir placée sous la direction de Vincent de Kort. Après des extraits du ballet Roméo et Juliette de Prokofiev, le jeune virtuose russe Nikolaï Tokarev vient dialoguer avec la nouvelle phalange et interpréter le Concerto pour piano n°3 de Rachmaninov. Le ton est donné dès l’attaque du thème initial : ce sera magistral, le tempo maîtrisé, le piano omniprésent. L’ampleur du souffle semble infinie, le discours est d’une brillance et d’une fluidité étonnantes, même dans le legato, et toutes les notes sont très distinctement détachées, ce qui est un régal pour l’oreille.

En deuxième partie, le chef néerlandais offre une conception radicale, exigeante et sans concession de la Symphonie n°10 de Chostakovitch, servie par un orchestre encore exemplaire ce soir. Le climat de dévastation du premier mouvement prend d’autant plus à la gorge que les moments d’accalmie, admirablement rendus par des cordes très en place, contrastent bien avec les stridences hallucinées et les cris déchirants des cuivres et des vents. Conduit dans un tempo diabolique suivi à la perfection par des instrumentistes jouant sur le fil du rasoir, le célèbre deuxième mouvement se révèle terrifiant de précision millimétrée et de violence maîtrisée. De même, l’architecture de l’allegretto permet d’admirer l’homogénéité de l’ensemble comme la personnalité des pupitres. Pris à la limite de l’immobilité, l’andante glacial qui ouvre le dernier mouvement produit un sentiment de malaise et de désolation, accentuant ainsi l’opposition avec un allegro final parfaitement réglé. Devant l’enthousiasme du public à l’issue du concert, Vincent de Kort reprend alors - en bis - le sublime deuxième mouvement.

Au final, nous sortons de ces trois jours avec le sentiment d’avoir assisté à la naissance d’une formation qui n’a rien à envier à bien des orchestres « installés ». Et ce sera bien justice s’il arrive à se produire - comme le souhaite Laurence Dale - hors du seul Festival pour porter plus loin les couleurs de la manifestation lémanique.

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez lâ€â„¢insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse quâ€â„¢un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de lâ€â„¢auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, nâ€â„¢hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Evian
- La Grange au Lac
- 25 mai 2012
- Richard Wagner (1813-1883), Ouverture des Maîtres-Chanteurs de Nuremberg
- Sergueï Rachmaninov (1873-1943), Concerto pour piano n°2 en Do mineur, opus 18
- Edward Elgar (1857-1934), Symphonie n°2 en Mi bémol majeur, opus 63
- François Weigel, piano
- Evian Festival Orchestra
- Laurence Dale, direction

- 26 mai 2012
- Li Biao and Friends

- 27 mai 2012
- Sergueï Prokofiev, extraits de Roméo et Juliette, Ballet opus 64
- Sergueï Rachmaninov (1873-1943), Concerto pour piano n°3, opus 30
- Dimitri Chostakovitch (1906-1975), Symphonie n°10 en Mi mineur, opus 93
- Nikolaï Tokarev, piano
- Evian Festival Orchestra
- Vincent de Kort, direction






Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 830029

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Musique symphonique   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License