ClassiqueInfo.com




Divine Antonacci : le chant et le théâtre à leur sommet

vendredi 17 février 2012 par Jean-Charles Jobart
JPEG - 52.7 ko
Anna Caterina Antonacci
DR

De l’Italie de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, tous connaissent l’opéra ou la chanson populaire. A l’inverse, le répertoire des airs de salon demeure méconnu et c’est un bonheur d’écouter Caterina Antonacci faire revivre ce répertoire. Quand s’ajoute à ce dessein l’immense talent de la cantatrice, le récital offert touche au sublime.

Il est toujours délicat de décrire le plaisir extasié que l’on peut ressentir à un récital. Toutes les raisons objectives ne suffiront jamais à expliquer le charme produit par l’interprète sur son public.

Oui, Caterina Antonacci fut, ce soir-là, proprement divine : beauté d’un timbre chaud où même les aigus sont d’une profondeur capiteuse et les graves généreux, prononciation impeccable qui permet de tout bien entendre et comprendre, art de ciseler les mots et les phrases musicales grâce à un maintien parfait permettant à la ligne de chant de décrire des volutes où les ornements se glissent délicatement, usage aussi intelligent que sensible des nuances, variations du timbre jusqu’à la voix parlée, théâtralité de l’interprétation de l’affectation la plus dramatique jusqu’à l’espièglerie la plus malicieuse. La cantatrice italienne nous a offert le meilleur de son talent avec une générosité toute latine.

Certes le Lamento della ninfa de Monteverdi ou l’air de Cesti manquaient d’un véritable continuo au piano permettant d’exposer la logique musicale et la ligne vocale peinait en conséquence à faire vivre la musique. Mais il était judicieux de faire ainsi le lien entre les madrigaux et airs du XVIIe siècle et les airs de salon de la fin du XIXe, et d’en assumer la continuité par l’air Sopra un’aria antica de Respighi qui reprend l’air antique de Cesti. Soudain, le public fut subjugué par la beauté musicale et la richesse dramatique d’un répertoire qui n’a rien à envier à la mélodie française ou au lied allemand. Au piano, Donald Sulzen est dans ce répertoire très à l’aise, sachant jouant du rubato et des nuances pour servir autant qu’illustrer le propos du chant. Caterina Antonacci provoque des frissons sous l’intensité émotionnelle de son chant. Actrice remarquable dont la conviction nous possède, l’exceptionnelle cantatrice renouvellera ce miracle toute la soirée, notamment lors des Tre canzoni testi di Boccaccio et du Nebbi de Respighi, les Quattro canzoni d’Amaranta de Tosti ou de l’Ombra di nube de Refice qui conclut le récital.

Un des sommets de cette soirée fut les Cinque canzoni in dialetto venetiano de Reynaldo Hahn. Cette série d’airs moquant les poncifs musicaux sur Venise (barcarole, romance marine, lamentation, etc.) voit son ironie transcendée par l’interprétation d’Anna Caterina Antonacci qui surjoue avec jubilation les situations, distanciant la préciosité du pastiche, faisant accéder le public à un niveau supérieur d’humour. Les arts du théâtre et du chant furent ici à leur acmé et suscite l’impérieux désir de revoir l’interprète dans un répertoire comique.

Anna Caterina Antonacci a offert au public toulousain plus qu’un magnifique récital : une prestation qui tient du prodige. L’auteur de ces lignes ne s’en est pas encore tout à fait remis…

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez lâ€â„¢insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse quâ€â„¢un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de lâ€â„¢auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, nâ€â„¢hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Toulouse
- Halle-aux-Grains
- 07 février 2012.
- Récital de mélodies italiennes de : Claudio Monteverdi ; Marcantonio Cesti ; Ottorino Respighi ; Ildebrando Pizzetti ; Stefano Donaudy ; Francesco Paolo Tosti ; Francesco Cilea ; Alfredo Catalani ; Pietro Macagni ; Reynaldo Hahn ; Licinio Refice.
- Anna Caterina Antonacci, soprano
- Donald Sulzen, piano.






Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 822287

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Récitals   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License