ClassiqueInfo.com




« Définir la beauté, ce n’est pas la comprendre »

samedi 7 juillet 2012 par Vincent Haegele

Jeune ensemble récemment formé par des étudiants du CNSM de Paris, Entrelacs se produisait pour la première fois aux Flâneries musicales de Reims ce samedi 23 juin, très exactement à Bazancourt, dont la nouvelle salle de spectacles, fort moderne, se doit d’être rodée. Entre une acoustique peu idéale et quelques flottements dus aux exigences de partitions peu évidentes à maîtriser, l’ensemble s’en est sorti avec les honneurs, se permettant le luxe de faire entendre au public la très rare Musique de Chambre n°1 de Bohuslav Martinu.

La citation de Pessoa qui ouvre cet article (faire des aphorismes n’est pas à la portée de tous, nous le reconnaissons volontiers) pourrait s’appliquer à la majeure partie du programme donné à la Filature de Bazancourt par l’ensemble Entrelacs : « définir la beauté, ce n’est pas la comprendre », sous-entendez également « ce n’est pas l’expliquer », selon les procédés chers à la critique clinique. Il faut une certaine dose de liberté pour aborder le répertoire de Debussy, Ravel et Martinu et il apparaît bien que les musiciens de l’ensemble disposent de cette liberté créatrice propre à laisser à la beauté sa part d’incompréhension. Passons d’abord sur les conditions matérielles du concert, rendues un peu aléatoires du fait d’une acoustique qui ne favorise guère la résonnance (non amplifiée) des graves des instruments, ainsi que la disposition parfois peu idéale des instruments, les changements de plateau et les petits désagréments qui s’ensuivent naturellement (désaccordage, entre autre). Nous passons aussi volontairement sur l’Introduction et Allegro pour harpe et ensemble de Maurice Ravel, passablement mis en place, notamment dans la séquence introductive, (entre le chiffre 1 et 2, pour être très précis), ces imprécisions étant généralement « gommées » par une lecture très solide des pièces, ainsi que par les personnalités de certains musiciens, qui semblent se détacher avec beaucoup de brio : Giovanni Punzi, à la clarinette, offre ainsi un grand moment de savoir-faire et de maturité dans cette pièce de répertoire désormais incontournable qu’est la Rhapsodie pour clarinette de Claude Debussy (dans un bel arrangement pour petit ensemble), tandis que Mélanie Genin se distingue particulièrement à la harpe, résolvant joliment bien les quelques problèmes de son posés par la salle.

JPEG - 85 ko
Ensemble Entrelacs
DR

C’est donc la harpe qui domine globalement le programme, avec les Danses de Debussy, légèrement lyriques mais pas trop, l’Introduction et Allegro de Ravel, plus compliqué au niveau de la mise en place et donc du rendu de la chaleur qui s’exprime à travers la partition, et la Musique de Chambre n°1 de Bohuslav Martinu, chef-d’oeuvre de la maturité du compositeur tchèque et émouvant testament musical, recelant sa part d’ombre et de mystère sou un titre éminemment générique.

L’ensemble Entrelacs se tire globalement bien des pièges dressés dans cette partition « qui n’a l’air de rien » : ce sont des souvenirs à ressusciter, des couleurs à faire surgir d’un grand tapis en noir et blanc, trois mouvements à accommoder afin d’en faire saisir la cohérence. L’expérience est à répéter dans cette optique, et nous ne saurions que conseiller à ce jeune ensemble de continuer dans cette voie afin de progresser : la cohésion est une chose, la mise en relief en est une bien plus délicate et compliquée à mettre en lumière. On peut parier que l’on n’a pas fini d’entendre parler de Mélanie Genin.

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez lâ€â„¢insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse quâ€â„¢un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de lâ€â„¢auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, nâ€â„¢hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Bazancourt
- Espace culturel
- 23 juin 2012
- Claude Debussy (1862-1918), Danses ; Rhapsodie pour clarinette
- Bohuslav Martinu (1894-1959), Musique de Chambre n°1
- Camille Saint-Saëns (1835-1921), Tarentelle
- Maurice Ravel (1875-1937), Introduction et Allegro.
- Ensemble Entrelacs






Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 842772

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Musique d’ensemble   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License