ClassiqueInfo.com



Bruges

Début de saison difficile

SymfonieOrkest Vlaanderen
samedi 17 novembre 2007 par Richard Letawe

Nous avions entendu le SymfonieOrkest Vlaanderen au mois d’août à Amsterdam lors d’un concert d’été. Nous le retrouvons pour son concert d’ouverture de la saison dans un autre Concertgebouw, celui de Bruges.

Le concert débute par les 5 pièces pour cordes op. 5 d’Anton Webern. Ces œuvres ont près d’un siècle (1908), et malgré leur statut de chef d’œuvre, leur froide et aride beauté continue d’irriter le public, dont une partie, dès la fin du premier mouvement n’en peut plus, et manifeste son ennui par un récital de toux sèches et sonores. Difficile dans ces conditions d’apprécier alors à sa juste valeur l’exécution de ce soir. Etienne Siebens dirige avec netteté et détachement, et son orchestre fait preuve de transparence et d’un beau jeu d’ensemble. Les chefs de pupitre par contre, à part un excellent violoncelliste, réalisent des solos assez peu inspirés.

JPEG - 13.6 ko
Liviu Prunaru
DR

Après cette entrée en matière, c’est Liviu Prunaru, deuxième lauréat du Concours Reine Elisabeth en 1993, et concertmeister du Concertgebouworkest d’Amsterdam depuis l’année dernière, qui fait son entrée, pour le concerto pour violon de Beethoven. Avec lui, le SOV retrouve un soliste auquel il est habitué, ayant déjà joué avec lui les concertos de Britten et de Dvorak (qu’ils ont même enregistré). Cependant, s’il connaît bien le SOV, Liviu Prunaru n’avait à notre connaissance jamais joué avec son chef actuel Etienne Siebens, et leur rencontre se révèle bien peu fructueuse. D’abord, le chef fait jouer son orchestre sans vibrato, alors que le soliste en use, sans exagération, mais assez pour que les conceptions sonores divergent. Ensuite, et c’est le plus grave, alors que Siebens adopte des tempi vifs et tente de dynamiser le discours, Prunaru ne cesse de ralentir à chacun de ses solos. La distorsion du tempo devient vite gênante, chacun tirant de son côté. Si ce désaccord fondamental se mettait au service d’une vision élevée de l’œuvre, on pourrait assister à un choc de personnalités fécond, mais malheureusement, le violoniste, à part une jolie sonorité, n’a pas grand-chose à dire dans cette œuvre, et se cantonne à un juste milieux prudent, sans réel investissement, et marqué de surcroît par quelques accrocs, son manque d’inspiration culminant dans une cadence du premier mouvement atrocement longue et totalement hors de propos. Le soliste n’est pas le seul à blâmer pour cet échec, car la direction du chef assez raide et crue, n’est pas très enthousiasmante non plus.

La première partie de ce concert est donc très décevante, heureusement, la suite est consacrée à la deuxième symphonie de Brahms, que le SOV avait justement récemment interprétée à Amsterdam. A quelques semaines d’intervalle, les différences de conception sont minimes. On entend donc toujours un Brahms vif et léger, aux sonorités lumineuses, et à la lisibilité irréprochable. Ce n’est pourtant pas un copié-collé, car Siebens dirige ce soir plus nerveusement, donnant un deuxième mouvement assez sombre, et moins détendu. Les tempi sont un peu plus rapides, le fini orchestral est moins parfait, avec des bois et des cors un peu approximatifs, mais cette interprétation est néanmoins passionnante, car le chef y prend plus de risques et y met peut être un peu plus de lui-même.

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez l’insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse qu’un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de l’auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, n’hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Bruges
- Concertgebouw
- 02 octobre 2007
- Anton Webern (1883-1945), Cinq pièces pour cordes Op.5
- Ludwig Van Beethoven (1770-1827), Concerto pour violon en Ré majeur Op.61
- Johannes Brahms (1833-1897), Symphonie n°2 en Ré majeur Op.73
- Liviu Prunaru, violon
- SymfonieOrkest Vlaanderen
- Etienne Siebens, direction











Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 805064

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Musique symphonique   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.8 + AHUNTSIC

Creative Commons License