ClassiqueInfo.com




De morte aeterna

samedi 19 avril 2008 par Vincent Haegele
JPEG - 20 ko
Laurence Equilbey
© Laure Vasconi

Le cycle consacré du 18 au 25 avril au Jugement dernier débute tout en douceur à la Cité de la Musique. Point de trompettes de l’Apocalypse, de tremblements de terre, de tocsin ou d’épidémie de peste pour ce premier concert, mais la verte sérénité des jardins paradisiaques du Requiem de Gabriel Fauré. Laurence Equilbey, le chœur Accentus et les membres de l’Orchestre National de France ont dessiné en première partie les ombres mortuaires de Pascal Dusapin avant de livrer une version éthérée et d’une beauté plastique troublante d’une messe des morts destinée, peut-être, à faire date.

Pascal Dusapin a puisé aux sources de la liturgie médiévale et de la mystique rhénane pour imaginer le dessin d’un Requiem polymorphe et variable : Requiem(s) se présente sous la forme d’un triptyque dont les parties peuvent être interprétées de façon indépendante. Faisant appel au chœur a cappella dans Umbrae mortis, le compositeur a greffé à l’ensemble initial un septuor à vents pour l’interprétation de la dernière partie, Dona Eis. Cette pièce est une libre interprétation de fragments du Requiem traditionnel. L’écriture en est ample, presque classique et parfois beaucoup trop homophonique. La désagréable impression d’un chœur faisant du sur-place s’estompe heureusement au cours des deux dernières pièces du Dona Eis, « Sanctus et Libera me » et « Umbrae » : les interventions des vents, qui semblaient jusque là un peu télécommandées, se font plus pertinentes et le chœur évolue, entre accords parfaits, chuchotis et dissonances. L’interprétation est impeccable, le jeu du septuor à vents d’une justesse à tout épreuve.

Le Requiem de Fauré a, quant à lui, connu bien des péripéties avant de revenir à sa forme originale chambriste : après la version avec grand orchestre, la version avec orgue seul, voici la version originale, dite de 1893. A priori, il s’agit vraiment de la plus satisfaisante et de la plus émouvante. Avec son orchestre concentré, laissant la part belle aux altos et violoncelle divisés, son unique violon solo et ses cuivres « baroques », cette version possède un charme et une force qui peut parfois faire défaut à un grand effectif. L’esprit de la « berceuse pour les morts » étant respecté avec tact et finesse, nous n’aurons que peu de détails à relever. Outre ses qualités de chef de chœur, Laurence Equilbey possède également la maîtrise orchestrale : sous sa baguette, le chant des altos respire et le contrepoint des basses est mis à nu dès les premières mesures. Et puisque le charme opère, que la musique est belle et que le chœur d’enfants chante juste, l’effacement du « moi critique » se produit progressivement au son des arpèges d’un In paradisum élégiaque. De cette interprétation sans failles, on regrettera la petite prestation des deux solistes, Laurent Naouri et Amel Brahim-Djelloul, légèrement en retrait d’un chœur solaire et apaisé. Détail mineur qui ne vient pas entacher l’impression d’une soirée réussie… et paradisiaque.

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez lâ€â„¢insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse quâ€â„¢un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de lâ€â„¢auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, nâ€â„¢hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Paris
- Cité de la musique
- 18 avril 2008
- Pascal Dusapin (1955) Umbrae mortis , Dona eis. Deux volets du triptyque Requiem(s) ; Gabriel Fauré (1845-1924) Requiem (version 1893)
- Amel Brahim-Djeloull, soprano ; Laurent Naouri , baryton
- Chœur Accentus
- Membres de l’Orchestre national de France
- Laurence Equilbey, direction






Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 843114

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Musique vocale et chorale   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License