ClassiqueInfo.com




Daphné Touchais et Heidi Melton, deux brillantes sopranos.

jeudi 31 janvier 2008 par Sébastien Dupuis
JPEG - 30.1 ko
Daphné Touchais
DR

Oscar dans le Bal masqué à l’affiche à l’Opéra de Bordeaux, Daphné Touchais donnait également un récital dans le cadre des midis musicaux, en compagnie d’une autre soprano, Heidi Melton, qui devra également assurer le rôle d’Amelia lors de la dernière représentation du Bal, le 04 février.

Daphné Touchais, soprano mince au timbre doux et à la voix claire et légère, nous a donné une impression un peu différente de celle produite dans le Bal Masqué, où elle sortait du lot par sa justesse, son dynamisme, et sa présence sur scène. Elle chante un Haendel très virtuose (Da Tempeste de Giulio Cesare), aux trilles, et aux vocalises en détaché pleins de panache, mais qui manquaient peut-être de contrôle à certains endroits. Elle continue avec deux pièces de Britten bien dosées pour arriver à un magnifique air de Norina extrait du Don Pasquale de Donizetti. Dans les romantiques, c’est sans doute le répertoire des italiens démonstratifs, passionnés, mélodieux et parfois capricieux qui lui va le mieux.
Après ce sommet, on a pu apprécier deux lieder de Schubert bien maîtrisés, et la scène du Cours La Reine extraite de Manon de Massenet dans lequel Touchais démontre encore ses talents d’actrices. En résumé, cette jeune chanteuse prometteuse, lauréate du Concours de chant baroque de Chimay, nous semble prédestinée pour le répertoire baroque et classique, mais peut également se distinguer dans Verdi ou Donizetti.

En seconde partie, c’est Heidi Melton qui prend le relais, et qui fait entendre une voix aux qualités fort différentes, plus puissante, plus ample et plus dramatique, et à la technique qui semble mieux installée. Elle chante elle aussi du Haendel, un air d’Alcina, où elle se montre très présente, avec un style de chant plus traditionnel que celui de sa consoeur.

JPEG - 15.9 ko
Heidi Melton
DR

Elle poursuit avec un air très touchant du Cavalleria Rusticana de Mascagni. Les deux airs suivants de Strauss : Morgen Zueignung, puis Es gibt ein Reich de Ariadne auf Naxos sont parfaits. Strauss est le répertoire de prédilection de Melton, elle peut y déployer toute la générosité de ses phrasés et toute l’étendue dynamique dont elle capable. Elle termine ce récital par un air humoristique de Weil, et par un fantastique Dich teure Halle de Tannhäuser qui transporte un public conquis par ce superbe double récital de sopranos.

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez lâ€â„¢insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse quâ€â„¢un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de lâ€â„¢auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, nâ€â„¢hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Bordeaux
- Grand Théâtre
- 25 janvier 2008
- Airs de Haendel, Britten, Donizetti, Schubert, Massenet, Mascagni, Strauss, Weil et Wagner.
- Daphné Touchais, soprano
- Heidi Melton, soprano
- Martine Marcuz, piano






Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 829481

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Récitals   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License