ClassiqueInfo.com



Horrues

Apothéose d’une intégrale

Eté musical d’Horrues
dimanche 18 novembre 2007 par Richard Letawe

Le second week end de l’Eté musical d’Horrues était essentiellement marqué par l’achèvement de l’intégrale des sonates de Ludwig van Beethoven par Cédric Tiberghien.

Cette intégrale fut une entreprise au long cours : commencée en 2004, elle s’est poursuivie jusqu’à cette année à raison de deux concerts par édition du festival, pour aboutir ce samedi soir à l’apothéose du cycle, avec le triptyque ultime des Opus 109, 110 et 111.

JPEG - 56.8 ko
Cédric Tibeghien
DR

Avant que le concert débute, Anne-Marie Potvin, la fondatrice et directrice du festival prend la parole pour nous conter la genèse de ce grand projet. En 2003, Cédric Tiberghien donnait son premier récital à Horrues, au cours d’une Nuit des jeunes talents. Avant de débuter, il déclare au public que la première fois qu’un pianiste décide de jouer en concert la sonate Opus 111 de Beethoven est un moment très important, et que c’est à Horrues, ce jour-là, qu’il avait décidé de le faire. Après le concert, au détour de la conversation entre la directrice et le pianiste vient l’idée, timidement lancée, d’une intégrale des sonates du maître de Bonn, dans cette Eglise d’Horrues. En quelques semaines, l’affaire fut alors entendue, et dès l’année suivante, Cédric Tiberghien entamait son marathon, en exclusivité pour l’Eté musical d’Horrues.

Dans l’Opus 109, Cédric Tiberghien est réservé et élégamment distancié. Son toucher est vif et varié, et la sonorité est pure et brillante, avec peu de couleurs, mais beaucoup de luminosité. Il donne un premier mouvement très cohérent, dont les trois parties, Vivace ma non troppo souple et serein, Adagio espressivo admirablement respiré, et Prestissimo incisif, s’enchaînent avec naturel, comme dans une improvisation. Le grand andante à variations qui clôt cette sonate est ensuite un modèle de calme, de contrôle et de poésie, avec un thème magnifiquement phrasé, puis des variations toutes très soignées, et techniquement magistrales. Après cet Opus 109 très cohérent, dans lequel Tiberghien respire, et sait jouer avec les silences, l’Opus 110 marque le pas. Le pianiste y semble plus superficiel, et le souci de dominer la partition prend le pas sur la personnalité de l’interprétation, qui manque de contrastes et de poésie, et ronronne trop souvent.

Très introspectif dans les deux premières sonates, Tiberghien montre une autre facette de son jeu, en se lançant furieusement dans l’Opus 111, dont il exacerbe les tensions. Le premier mouvement est extrêmement dramatique, porté par un jeu dense, expressif et tempétueux. Le pianiste demande le maximum à son instrument, en mettant tout son poids sur le clavier, faisant résonner les accords fortissimo avec beaucoup d’ampleur, mais sans jamais les écraser, et en produisant un son toujours aéré et musical. Arrive alors une Arietta très intérieure, au lyrisme décanté, simple et profond, et à la sonorité claire et rayonnante. Le pianiste est sobre, réfléchi, et donne à son interprétation l’allure d’une prière, emmenant son auditoire vers un moment d’une rare plénitude spirituelle. Une magnifique conclusion pour une intégrale qui aura certainement marqué l’histoire de l’Eté musical d’Horrues.

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez l’insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse qu’un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de l’auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, n’hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"


- Horrues
- Eglise Saint-Martin
- 24 juin 2007
- Ludwig Van Beethoven (1770-1827), Sonates n°30 en Mi majeur Op.109, n°31 en La bémol majeur Op.110, n°32 en ut mineur Op.111
- Cédric Tiberghien, piano











Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 805156

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Récitals   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.8 + AHUNTSIC

Creative Commons License