ClassiqueInfo.com




Alain Verhnes est Méphisto à Bordeaux

dimanche 30 mars 2008 par Olivier Lalorette
JPEG - 56.4 ko
© ONB

Une Bohème très contrastée, un Ballo bien terne, il fallait bien un Faust pour sauver la saison de l’Opéra National de Bordeaux. Pari réussi ?

Commençons par les sujets qui fâchent : la Marguerite de Michelle Canniccioni. Cette chanteuse doit avoir de sérieux problèmes techniques sur le plan de la projection. Dés le médium, la voix est quasiment inaudible (imaginez donc les graves …). De sa voix on ne perçoit clairement que les aigus, qui malgré tout ne sont pas très puissants. Quand au Faust de Dimitri Pittas, on reste sur sa faim. Certes ce ténor a indéniablement un joli timbre, et les aigus sont plutôt faciles et non forcés. Mais il peine a susciter la passion pour le personnage.

Le Valentin de David Grousset est honorable, grâce à son timbre plutôt clair pour un baryton. Le Siebel de Marie Lenormand et la Dame Marthe de Marie-Thérèse Keller complètent avantageusement la liste des seconds rôles.

JPEG - 63 ko
© ONB

Nous avons gardé le seul intérêt de cette soirée pour la fin : le Méphisto de Alain Vernhes. Vocalement il surclasse tout ses collègues sans le moindre doute. Il incarne à merveille son personnage, et sa voix puissante est la seule à pouvoir passer un orchestre relativement bruyant. Le public du Grand Théâtre ne se trompe d’ailleurs pas, seul Méphisto aura droit à des applaudissements nourris et à des bravo. Seul bémol, il semble que ce chanteur, soit plutôt baryton que basse (certainement baryton-basse), ce qui enlève un peu de noirceur et de profondeur au timbre … mais pas au personnage, grâce a une véritable appropriation du rôle.

Côté chœur, il n’y a rien à redire. Par contre côté orchestre, le chef Emmanuel Joël-Hornack n’aide pas vraiment les chanteurs : il ne diminue en rien le volume de l’orchestre pendant que ceux-ci essaient tant bien que mal de se faire entendre. A noter que ce soir là, le ballet ne fut pas coupé, mais hélas se révéla plus ennuyeux qu’autre chose.
Côté mise en scène, c’est plutôt réussi : pas de transposition hasardeuse (comme ce fut le cas pour le Ballo), et de jolis décors. Par exemple ceux de la scène du ballet, ou encore la cage de Marguerite se changeant une fois ouverte en crucifix lumineux.

JPEG - 59.5 ko
© ONB

Conclusion : Ce n’est pas avec ce Faust que l’ONB, se rattrapera d’une saison très moyenne (sur le plan lyrique). Le Méphisto d’Alain Vernhes ne peut à lui seul, sauver cette soirée sans passion, et vocalement sans éclats.

Lecteurs, artistes, éditeurs, organisateurs de concerts, notre article vous a intéressé ?
Vous désirez lâ€â„¢insérer dans votre revue de presse ?

"Nous serons ravis de le voir mentionné sur votre site internet. Vous pouvez, sans autorisation préalable de notre part, en extraire de courtes citations, à la condition expresse quâ€â„¢un lien *fonctionnel* soit fait vers notre site.

En cas de citation sur un support papier, les noms de lâ€â„¢auteur et de notre site doivent être obligatoirement mentionnés.

Pour toute précision, nâ€â„¢hésitez pas à contacter notre rédaction : richard.letawe(at)classiqueinfo.com"

- Bordeaux
- Grand Théâtre
- Charles Gounod (1818-1893), Faust Opéra en cinq actes
- Jean Philippe Clarac et Olivier Deloeuil, mise en scène ; Philippe Miesch, décors ; Thibaut Welchlin, costumes ; Giuseppe di Lorio, lumières ; Charles Jude, chorégraphie ; Luc Bourrousse, dramaturge
- Faust : Dimitri Pittas ; Méphistophélès : Alain Vernhes ; Marguerite : Michelle Canniccioni ; Valentin : David Grousset ; Siebel : Marie Lenormand ; Dame Marthe : Marie-Thérèse Keller
- Ballet de l’Opéra National de Bordeaux
- Chœur de l’Opéra National de Bordeaux
- Orchestre National Bordeaux Aquitaine
- Emmanuel Joel-Hornack, direction






Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 810797

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Opéra   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License